Rennes : Des détenus protestent contre l’installation de brouilleurs de téléphones portables

PRISON Vingt-cinq détenus du centre pénitentiaire de Rennes-Vezin ont refusé de regagner leurs cellules mardi après-midi

J.G.
— 
L'intérieur de la prison de Rennes-Vezin, ouverte en 2017 et qui abrite environ 800 détenus
L'intérieur de la prison de Rennes-Vezin, ouverte en 2017 et qui abrite environ 800 détenus — C. Allain / 20 Minutes

Au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin, l’installation de brouilleurs de téléphones portables ne passe pas auprès des détenus. Pour protester, vingt-cinq d’entre eux ont refusé de regagner leurs cellules après leur promenade mardi après-midi, a-t-on appris auprès des syndicats. Des détenus ont également tenté d’incendier les boîtiers qui sont actuellement à l’essai dans l’enceinte de la prison.

Il a fallu l’intervention des équipes régionales d’intervention et de sécurité pour que le calme revienne quelques minutes plus tard. Une fois l’incident géré, trois détenus ont été transférés vers le quartier disciplinaire. En 2018, Nicole Belloubet, ministre de la Justice de l’époque, avait annoncé l’installation de brouilleurs dans l’ensemble des prisons françaises pour lutter contre la prolifération des téléphones portables.