Beauvau de la sécurité : Contrôle, plaintes, caméras... Ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

DISCOURS Le Président de la république a clôturé, ce mardi à Roubaix, la consultation du Beauvau de la sécurité

Manon Aublanc
— 
Beauvau de la sécurité: Ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron — 20 Minutes

Contrôle, plaintes, caméras, effectifs, formation…Emmanuel Macron s’est exprimé, ce mardi, lors d’un discours à l’École nationale de police de Roubaix, clôturant la consultation du Beauvau de la sécurité.

Si vous n’avez pas suivi la prise de parole d’Emmanuel Macron, 20 Minutes fait le point sur les différentes annonces.

Effectifs

Répétant vouloir « plus de bleu » dans la rue, Emmanuel Macron a promis de « doubler en dix ans » la présence sur le terrain des « policiers et des gendarmes ». Il a également demandé qu’une réforme des horaires des forces de sécurité soit présentée au début de l’année 2022 pour permettre un accroissement de leur présence sur le terrain. Concernant la police technique et scientifique, leurs équipements seront mis à niveau, a dit Emmanuel Macron.

Budget

Emmanuel Macron a annoncé un budget supplémentaire de 500 millions d’euros en 2022 pour mettre en œuvre les mesures décidées. Au total, le budget du ministère de l’Intérieur augmentera de 1,5 milliard d’euros en 2022. Les 500 millions d’euros constituent une rallonge par rapport à la hausse de 900 millions annoncée par le Premier ministre Jean Castex fin juillet.

Simplification des procédures

Emmanuel Macron a annoncé l’élaboration d’une loi de programmation et d’orientation pour la sécurité intérieure (Lopsi), qui sera présentée début 2022, et demandé une "simplification drastique" de la conduite des enquêtes. Mais cette "Lopsi" ne pourra pas être votée sous ce quinquennat.

Il a également chargé le garde des Sceaux d’engager une simplification des procédures pénales dans le cadre des états généraux de la Justice avec des premières mesures concrètes attendues d’ici à trois mois, citant la simplification drastique des cadres d’enquête, la généralisation des PV de synthèse pour les petits délits, les amendes pénales forfaitaires pour alléger les procédures ou encore la suppression « des fameux rappels à la loi ». Sur la prise en charge des victimes, Emmanuel Macron, qui « veut faire mieux », a annoncé la mise en place du dépôt de plainte en ligne d’ici 2023.

Formation des forces de l’ordre

Au sujet de la formation des forces de l’ordre, Emmanuel Macron a déclaré que le délai d’entrée à l’école sera bientôt réduit : « Quand on passe un concours, on attend en moyenne deux ans pour entrer à l’école. (…) Il nous faut nous fixer un objectif : six mois maximum entre le concours et l’entrée à l’école ». Sur la formation, « le temps de formation sera augmenté de quatre mois pour les gardiens de la paix et 50 % de temps en plus pour les policiers et gendarmes », a ajouté le chef de l’Etat.

Caméras

Le président a également fixé comme objectif d’avoir une caméra par patrouille dès à présent, une caméra par fonctionnaire de police d’ici 2022 et une caméra embarquée par véhicule d’ici 2023. Il a également fait savoir que « la formation d’OPJ [officier de police judiciaire] sera intégrée à la formation des policiers et des gendarmes. Ce sera dans la base de formation de tous », a-t-il ajouté.

Manifestations

Pour répondre aux critiques des interventions de forces de l’ordre lors des manifestations, notamment pendant le mouvement des « gilets jaunes », un « centre de formation » sur le maintien de l’ordre pour les policiers sera créé. Ce centre, basé en région parisienne, sera à l’image de celui existant déjà pour les gendarmes à Saint-Astier (Dordogne), a précisé le chef de l’Etat.

Réserve opérationnelle

Le président de la République a aussi promis la création de la réserve opérationnelle de la police, dotée de 30.000 réservistes. Quant à la réserve de la gendarmerie, elle accueillera 20.000 réservistes supplémentaires.

Contrôle des forces de l’ordre

Sur les « 7.564 signalements qui ont été recensés entre le 1er février et le 31 août » sur la plateforme anti-discriminations de la Défenseure des droits, « 4 % des appels concerne les forces de l’ordre », a débuté Emmanuel Macron. Prônant la transparence, le chef de l’Etat a annoncé que « les rapports de l’IGPN et l’IGGN seront rendus publics ».

Une instance de contrôle des forces de l’ordre sera également créée « pour évaluer les forces de l’ordre, sur le modèle de la délégation parlementaire au renseignement », a ajouté le président, sans livrer plus de détails. « Nous devons tendre à l’irréprochabilité (…) Quand il y a des fautes, elles doivent être sanctionnées, quand on aime nos forces de l’ordre, on ne leur passe pas tout », a-t-il souligné.

Uniforme

Les policiers auront un nouveau « polo modernisé » et un calot au lieu de la casquette à partir du premier trimestre 2022, a annoncé Emmanuel Macron. Ce nouvel uniforme, fabriqué en France et élaboré après un appel aux écoles de mode et de design, fait partie « de la considération que nous vous devons, » a dit le chef de l’Etat