Fête de l'Huma : Darmanin dénonce un slogan anti police

CONCERT Vendredi soir, des spectateurs qui assistaient à un concert du rappeur marseillais Soso Maness, ont repris en chœur avec lui « tout le monde, tout le monde déteste la police  »

20 Minutes avec AFP
— 
Gérald Darmanin et l'ensemble des syndicats de police ont dénoncé ce week-end les propos hostiles aux forces de l'ordre proférés lors d'un concert à la Fête de l'Humanité
Gérald Darmanin et l'ensemble des syndicats de police ont dénoncé ce week-end les propos hostiles aux forces de l'ordre proférés lors d'un concert à la Fête de l'Humanité — LUCAS BARIOULET / AFP

Gérald Darmanin et l’ensemble des syndicats de police ont dénoncé ce week-end les propos hostiles aux forces de l’ordre proférés lors d’un concert à la Fête de l'Humanité, qualifiés pèle-mêle de « honteux », « pitoyables » et « indécents ». Vendredi soir, des spectateurs qui assistaient à un concert du rappeur marseillais Soso Maness, ont repris en chœur avec lui « tout le monde, tout le monde déteste la police ».

Le ministre de l’Intérieur s’en est offusqué dès le lendemain sur Twitter en disant « attendre » des « partis dits de gauche présents à la fête de l’Humanité une condamnation ferme des propos injurieux contre la police de la République ». « La police​ est composée des enfants du peuple qui protègent au péril de leur vie nos concitoyens les plus modestes », a-t-il ajouté.

L’ensemble des syndicats de policiers, Alternative police (CFDT), Alliance, Synergies ou Unité SGP (FO) ont fustigé à l’unisson « la haine contre la police nationale ». Tous ont relevé la concomitance des propos et l’ouverture du procès des attentats du 13 novembre 2015 pour dénoncer, à l’instar de Synergie Officiers, leur « indécence » et leur côté « pitoyable ». « Triste spectacle honteux et antirépublicain dans une fête où l’idée de respect et les valeurs de la République devraient prévaloir », a tweeté Alternative. « Détester la police, c’est salir ceux qui luttent contre le terrorisme aussi », a renchéri Alliance.

Fabien Roussel minimise

Linda Kebbab (Unité SGP) a interpellé ce dimanche, sur Twitter, les numéros 1 du PCF et du PS, Fabien Roussel et Olivier Faure. « Vous n’avez pas droit au silence quand l’extrémisme fait main basse sur la gauche », a-t-elle dit. « Je ne cautionne pas du tout ces propos, que je ne partage pas », lui a répondu Fabien Roussel sur BFMTV, « ils sont très infimes, très peu nombreux ceux qui ont dit ça ». « Monsieur Darmanin ferait mieux de s’occuper des conditions de travail de ces ouvriers de la sécurité (…) et je les défends », a-t-il contre-attaqué.

Samedi, Valérie Pécresse, présidente, ex-LR, de la région Ile-de-France et candidate à l’élection présidentielle a affirmé, sous les huées, son soutien aux forces de l’ordre lors d’une table ronde à la Fête de l’Huma. Le président Emmanuel Macron doit conclure mardi le Beauvau de la sécurité, une concertation destinée à améliorer les conditions d’exercice du métier de policier et renouer la confiance entre l’institution et le chef de l’Etat, mise à mal par ses propos l’an dernier sur les violences policières.