Gironde : Un agriculteur de 32 ans incarcéré pour le meurtre du compagnon de son ex-conjointe

ENQUETE Il a aussi grièvement blessé son ancienne compagne dont les jours ne sont plus en danger mais qui a dû être amputée d’un bras

Mickaël Bosredon
— 
Voiture de gendarmerie. Gendarmes. (Illustration)
Voiture de gendarmerie. Gendarmes. (Illustration) — Alexandre GELEBART/20MINUTES
  • Selon les premiers éléments de l’enquête, l’individu s’est rendu au nouveau domicile de son ex-conjointe jeudi soir, armé d’un fusil de chasse.
  • Il a ouvert le feu « à une distance de 0,50 à 1 m » sur le nouveau compagnon de celle-ci. Recevant aussi une décharge, la femme « a été grièvement blessée au bras et à la jambe ».
  • Le tueur présumé a déclaré que le tir qui a touché la jeune femme était « accidentel », parce que celle-ci « se serait interposée » mais il reste « de nombreux éléments à vérifier » indique ce dimanche la procureure de la République de Bordeaux à 20 Minutes.

Un agriculteur de 32 ans a été mis en examen des chefs d’ assassinat et de tentative de meurtre aggravé sur conjoint et placé en détention provisoire, a indiqué ce dimanche à 20 Minutes la procureure de la République de Bordeaux Frédérique Porterie.

Ce trentenaire est soupçonné d’avoir tué jeudi soir à Caumont, un village de 150 habitants près de Langon (Gironde), le nouveau compagnon de son ex-conjointe et blessé grièvement cette dernière au fusil de chasse.

« Contexte familial de rancœur »

Selon les premiers éléments de l’enquête révélés vendredi par le parquet de Bordeaux, l’individu s’est rendu au nouveau domicile de son ex-conjointe jeudi soir, armé d’un fusil de chasse, et a ouvert le feu « à une distance de 0,50 à 1 m » sur le nouveau compagnon de celle-ci, âgé de 30 ans. Recevant aussi une décharge, la femme « a été grièvement blessée au bras et à la jambe ».

La procureure de la République précise ce dimanche à 20 Minutes que la jeune femme « n’a pu être encore entendue compte tenu de son état de santé, celle-ci ayant subi une amputation du bras. » La magistrate explique que ce drame s’est déroulé dans « un contexte familial de rancœur », le tueur présumé expliquant que son ancienne compagne « l’aurait menacé de lui faire retirer la garde » de leurs enfants.

L’individu a par ailleurs déclaré que le tir qui a touché la jeune femme était « accidentel », parce que son ancienne compagne « se serait interposée ». « Plusieurs éléments doivent encore être vérifiés, et il reste des investigations à mener, car nous n’avons pour le moment que sa version des faits » insiste la procureure.

Il avait annoncé « son intention de commettre l’irréparable » sur Facebook

Durant leur dizaine d’années de vie commune, l’agriculteur et son ex-compagne ont eu trois enfants âgés de 4 à 10 ans, lesquels sont sains et saufs et n’étaient pas présents au moment des faits, selon le parquet.

Le suspect, inconnu des services de police, avait annoncé « son intention de commettre l’irréparable » dans un message publié sur Facebook quelques heures auparavant, précisait vendredi le parquet dans un communiqué. Le tueur présumé s’est livré le soir même à la gendarmerie. Aux enquêteurs, il a expliqué qu’il avait pour projet « de mettre fin aux jours du nouvel ami de son ex-compagne, mais n’avait pas l’intention de blesser cette dernière », selon le parquet.