Villeurbanne : Wauquiez veut supprimer les subventions du CCO, après la vidéo d’un festival antifa insultant la police

CULTURE Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes s'est insurgé, ce dimanche, contre une vidéo publiée par Lyon Antifa Festival pour annoncer son édition 2021 au CCO de Villeurbanne (Rhône)

Jérémy Laugier
— 
Laurent Wauquiez, ici la semaine passée pour sa rentrée politique aux Estabelles (Haute-Loire).
Laurent Wauquiez, ici la semaine passée pour sa rentrée politique aux Estabelles (Haute-Loire). — Mourad ALLILI/SIPA
  • Lyon Antifa Festival a créé la polémique ce dimanche en annonçant son édition 2021, supposée avoir lieu en décembre au CCO de Villeurbanne, avec un teasing vidéo insultant la police.
  • On y voit en effet les rappeurs parisiens Lax et Original Tonio scander lors de l’édition 2015 du festival « Et tous les flics, c’est des bâtards ».
  • Les conséquences de cette polémique pourraient être douloureuses pour le CCO, puisque Laurent Wauquiez annonce retirer les subventions de la structure culturelle villeurbannaise, à hauteur de 45.000 euros par an.

Un teaser de 45 secondes peut suffire à déclencher la polémique culturelle de la rentrée dans la région lyonnaise. Pressé d’annoncer son retour après deux ans d’absence, Lyon Antifa Festival a glissé dans cette courte vidéo, partagée ce dimanche sur les réseaux sociaux, un extrait d’un concert de rap de l’édition 2015. On y découvre alors les artistes parisiens Lax et Original Tonio scander avec le public : « Et tous les flics, c’est des bâtards ». Ce festival militant, né il y a huit ans, se présente sur son site comme engagé « contre la répression, et en soutien aux victimes du fascisme et de la police ».

Le syndicat des commissaires de la police nationale a vite réagi sur Twitter, après avoir découvert cette vidéo insultante, et attend des actions des pouvoirs publics : « Cet événement incite à la haine et présente des risques graves de troubles à l’ordre public. Nous demandons son interdiction ». S’il ne parle pas d’interdiction de l’événement, Laurent Wauquiez s’est lui aussi insurgé contre ce teaser.



« Ils ont clairement franchi la ligne rouge »

« Ce concert était toléré jusque-là par respect pour la diversité d’opinions, mais ils ont clairement franchi la ligne rouge en insultant ouvertement les forces de l’ordre dans un contexte très lourd, indique le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes au Progrès. C’est inacceptable de dénoncer les violences dans un sens alors que nos policiers se font agresser tous les jours. »

L’élu LR n’a pas traîné pour annoncer une décision forte à l’encontre du Centre culturel œcuménique (CCO) Jean-Pierre-Lachaize de Villeurbanne, supposé accueillir l’événement antifasciste en décembre. Subventionné par la région à hauteur de 45.000 euros par an, « le laboratoire social et culturel » pourrait perdre très gros avec cette polémique. « On ne peut pas considérer qu’il n’y a pas de liens entre le festival antifa et le CCO, insiste Laurent Wauquiez. À partir du moment où celui-ci a une responsabilité, j’ai décidé de couper immédiatement toutes les subventions. »

Pas de trace de l’événement dans l’agenda du CCO

Sur le site Web de la salle villeurbannaise, il n’y a pourtant aucune trace d’un prochain Lyon Antifa Festival dans son agenda. Contacté par 20 Minutes, le CCO refuse de confirmer la tenue de ce rendez-vous dans sa salle, les 9 et 10 décembre prochains, contrairement à ce qui est indiqué dans la fameuse vidéo promotionnelle, depuis supprimée des réseaux sociaux. Respectivement présidente et directrice du CCO, Marie-Ange Byard et Fernanda Leite viennent de réagir ce lundi dans un communiqué, annonçant « se désolidariser de la vidéo publiée par le Lyon Antifa Festival » et « condamner la stigmatisation des forces de l’ordre ».

« Depuis sa création, le CCO est un lieu d’accueil et d’expression de la diversité d’opinion, rappellent-elles. L’association Culture de classe a dans le passé loué la salle de spectacle pour organiser son événement Lyon Antifa Fest. Mais le festival cette année n’est pas annoncé de notre côté. Il n’y a à ce jour aucune convention de signée pour cette nouvelle édition. »

« La liberté d’expression trouve sa limite dans l’injure »

Les responsables de la structure villeurbannaise ont sans surprise tenu à répondre à Laurent Wauquiez : « Les subventions octroyées par la région n’impactent pas l’association Culture de classe. Cette dotation n’est en aucun cas utilisée par le CCO pour ce type d’évènement dont nous ne sommes pas l’organisateur. Le CCO accueille chaque année plus de 50.000 personnes. Ses activités de pépinière associative et culturelle permettent à de nombreux porteurs de projet de bénéficier d’accompagnement, de formation et d’expression du pouvoir d’agir. Si le retrait de cette subvention de fonctionnement est effectif, cela impacterait directement ces activités qui ne sont pas liées à l’organisation de ce festival ».

Le CCO peut espérer compter sur le soutien du maire (PS) de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael, qui indique ce lundi dans un communiqué : « Avec le CCO, nous allons nous pencher dès aujourd’hui sur les suites à donner à cette situation et notamment sur le format et les conditions d’organisation de cet événement ». Egalement vice-président à la culture à la métropole de Lyon, Cédric Van Styvendael poursuit : « L’injure et l’appel à la haine sont pénalement répréhensibles. Ces insultes sont inacceptables et dangereuses. Nous devons être implacables et sans aucune ambiguïté s’agissant de propos visant les forces de l’ordre et incitant à toute forme de haine. La liberté d’expression trouve sa limite dans l’injure, et le prétexte de la liberté artistique pour contourner la loi n’est pas une excuse ».