Vous réussissez à parler du « consentement » avec vos amis ou vos amants ? Racontez-nous

VOUS TEMOIGNEZ Le mot « consentement » est sur toutes les lèvres mais est-il si évident d’en parler ?

Marion Pignot
La question du consentement est devenue incontournable dans l'approche d'une sexualité épanouie.
La question du consentement est devenue incontournable dans l'approche d'une sexualité épanouie. — Canva

Dans les journaux, sur les présentoirs des librairies, dans les podcasts et sur les comptes Instagram qui donnent un nouveau souffle à l’éducation sexuelle (Orgasme et moi, Jouissance Club, No Dick Pic ou Sexetconsentement etc.). Le mot « consentement » est depuis l’explosion des mouvements #Metoo ou #BalanceTonPorc sur toutes les lèvres. La notion a également été au cœur d’un débat judiciaire aboutissant au renforcement de la protection des mineurs contre les violences sexuelles. En mars, l’Assemblée nationale s’est accordée sur un seuil de non-consentement à 15 ans. Un seuil relevé à 18 ans en cas de violences sexuelles intrafamiliales, c’est-à-dire d’inceste.

​Le consentement s’invite dans les débats, s’installe dans la vie quotidienne jusqu’à la table de vos dîners entre amis ou dans votre chambre à coucher.

Vous réussissez à aborder le sujet du consentement avec vos amis, votre famille ou vos amants ? Racontez-nous. Expliquez-nous les réactions à table, au bar ou lors de vos tête à tête. Comment vous êtes-vous intéressé à la question et pour quelles raisons ? Comment vous êtes-vous documenté et comment abordez-vous le sujet avec vos potes ou votre (vos) partenaire(s) ? Expliquez-nous ce que le consentement a changé dans votre approche de la sexualité ou de l’autre ? On veut tout savoir et mieux comprendre !