Affaire Delphine Jubillar : La demande de remise en liberté du mari de nouveau rejetée

ENQUETE Les avocats du mari de Delphine Jubillar, l’infirmière tarnaise disparue, annoncent qu’ils vont faire appel de cette décision du juge des libertés et de la détention

Hélène Ménal
— 
Cédric Jubillar, ici lors d'une battue pour retrouver Delphine, clame son innocence.
Cédric Jubillar, ici lors d'une battue pour retrouver Delphine, clame son innocence. — Fred Scheiber / AFP
  • La demande de remise en liberté de Cédric Jubillar, soupçonné du meurtre de sa femme Delphine, vient d’être rejetée.
  • Ses avocats vont de nouveau faire appel de cette décision devant la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Toulouse.
  • L’infirmière tarnaise a disparu sans laisser de trace dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Son mari a été mis en examen et écroué le 18 juin.

Cédric Jubillar reste pour l’heure en prison. Le juge des libertés et de la détention (JLD) de Toulouse vient de rejeter sa demande de remise en liberté déposée le mardi 24 août, confirme à 20 Minutes Jean-Baptiste Alary, l’un des avocats du mari de l’infirmière disparue dans le Tarn. Les défenseurs de celui qui est écroué depuis sa mise en examen pour «  meurtre sur conjoint », le 18 juin, confirment aussi qu’ils font appel de cette décision devant la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Toulouse.

S’agira-t-il d’une audience publique comme le 6 juillet quand le suspect avait fait appel, sans succès, de son placement en détention provisoire ? Pas d’indication pour l’instant sur la date de cette nouvelle audience.

L’énigme de la couette

Les arguments des avocats du mari pour une remise en liberté sont toutefois connus. Ils s’étonnent d’abord que les magistrats instructeurs n’aient prévu d’entendre leur client qu’au « mois d’octobre ». Ils ont aussi révélé la semaine dernière que la couette du canapé sur lequel dormait Delphine Jubillar, présentée comme un élément à charge au mois de juin parce que les gendarmes l’ont vue dans le lave-linge familial le matin de la disparition, n’avait été envoyée à l’analyse que fin juillet. Enfin, ils estiment que d’autres pistes n’ont pas été assez explorées, comme celle d’un homme qui s’est accusé du meurtre dans un SMS envoyé à sa compagne.

Delphine Jubillar, mère de deux enfants, a disparu de son domicile de Cagnac-les-Mines dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. L’enquête a démontré depuis que le couple était en instance de divorce, que Cédric Jubillar avait découvert l’existence d’un amant et proféré devant plusieurs témoins, dont sa mère, des menaces à l’égard de son épouse. Malgré les recherches intenses des gendarmes, aucune trace de Delphine Jubillar n’a été retrouvée depuis la nuit de sa disparition.