Drôme : Deux hommes incarcérés pour le vol de lémuriens dans un zoo

ENQUETE Huit des 12 primates ont été retrouvés sains et saufs 

C.G. avec AFP
— 
Un lémurien (illustration).
Un lémurien (illustration). — Pixabay / christels

Deux hommes ont été arrêtés et incarcérés après le vol de dix lémuriens et de deux tamarins au zoo d’Upie ( Drôme), dans la nuit de dimanche à lundi, a indiqué mercredi une source judiciaire précisant que huit lémuriens avaient été retrouvés saufs. Déjà « connus judiciairement », les individus ont été déférés mardi après-midi au parquet de Valence et ont été mis en examen pour « vols aggravés », a précisé le procureur de la République de la ville, Alex Perrin, confirmant une information du quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

La date, le lieu et les circonstances de leurs interpellations, avec une troisième personne qui a été pour l’instant mise hors de cause, n’ont pas été communiqués, « les investigations étant toujours en cours », a ajouté le magistrat. L’enquête a été confiée à la compagnie de gendarmerie de Crest.

Trafic d’animaux sauvages

Sur les douze primates dérobés la semaine dernière -dix lémuriens et deux tamarins, probablement dans le cadre d’un trafic d’animaux sauvages selon la direction du zoo d’Upie-, huit lémuriens ont été récupérés sains et saufs par les gendarmes dans des conditions qui n’ont pas été précisées par le parquet valentinois.

« Nous sommes très, très heureux. On y croyait sans y croire… Nous sommes cependant encore très inquiets pour les animaux encore disparus, a réagi le gérant du zoo d’Upie, Alexandre Liauzu. Nous sommes allés les chercher directement après l’appel de la gendarmerie et ils ont tout de suite repris leurs repères dans le parc. L’un d’entre eux, comme notre vétérinaire a pu l’observer, a un comportement un peu changeant, peut-être en raison du stress, mais c’est normal aussi. »

L’un des lémuriens parvient à s’échapper

Dans la nuit de dimanche 19 à lundi 20, les « loges » des lémuriens et des tamarins, où ces primates peuvent trouver refuge pendant la nuit, avaient été fracturées « de manière très propre, sans doute par un commando qui avait ciblé » les animaux, selon Christelle Monthulé, responsable « zoologie capacitaire » de l’établissement.

Les dix lémuriens, de type « maki catta », sont d’une même famille de onze. Le dernier membre avait réussi à s’échapper et avait été retrouvé dans le couloir de la loge le lendemain matin. Le mâle et la femelle tamarins formaient un couple.

Le zoo d’Upie a été créé en 1976. A l’origine spécialisé dans les oiseaux, il s’est progressivement diversifié dans les primates et les tortues et accueille 40.000 visiteurs par an d’après sa direction.