Pass sanitaire : Le gouvernement va faire appel des décisions de suspension dans certains centres commerciaux

PROTOCOLE Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal était invité du Grand Jury de RTL/LCI/Le Figaro ce dimanche

C.P. avec AFP
— 
Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, le 25 août 2021.
Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, le 25 août 2021. — Jacques Witt/SIPA

Pédagogie et fermeté. Au lendemain de la 7e journée consécutive de manifestation contre le pass sanitaire, le gouvernement persiste et signe. Invité ce dimanche du Grand Jury de RTL/LCI/Le Figaro, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a réfuté tout « fétichisme du pass sanitaire. » « Personne n’aime le pass sanitaire. Dans un monde idéal, il n’y aurait pas de pass sanitaire Il n’y aurait pas de virus non plus », a-t-il insisté. Distinguant les mouvements portés par « une forme d’hystérisation » des citoyens inquiets de se faire vacciner, Gabriel Attal à inviter ceux qui s’opposent au pass sanitaire « à préparer une alternative. »

Le gouvernement entend bien, lui, défendre cette mesure, y compris par la voie judiciaire. « On a décidé de faire appel » des décisions de suspension du pass sanitaire obligatoire dans certains centres commerciaux » a annoncé Gabriel Attal. Une décision qui fait suite aux suspensions de l’obligation de présenter un pass sanitaire annoncées cette semaine pour des centres commerciaux des Yvelines, du Haut-Rhin et de l’Essonne.

Concernant l’extension ce lundi du pass sanitaire pour les salariés travaillant dans les lieux où il est obligatoire pour le public, Gabriel Attal a promis une semaine « de souplesse, de pédagogie, de rodage comme on l’a fait à chaque échéance ».

« On tend vers les 50 millions de Français ayant reçu une première dose »

Du côté de l’exécutif, on préfère se féliciter de la progression de la vaccination : « On vient de franchir le million de Français vaccinés grâce à nos opérations d’aller-vers », avec « le travail qu’on fait avec des associations, des collectivités locales pour aller chercher des personnes qui ne peuvent pas, pour différentes raisons, se déplacer jusqu’à la vaccination », a expliqué le porte-parole du gouvernement.

« C’est un million de personnes qui probablement ne se seraient pas fait vacciner si on n’avait pas été les chercher au pied de leur immeuble, via des associations qui ont l’habitude de les accompagner », a ajouté Gabriel Attal.

Au total « on tend vers les 50 millions de Français ayant reçu une première dose », s’est-il félicité, assurant que « oui, on va atteindre les 50 millions dans quelques jours » mais « je ne peux pas vous dire à quelle date exactement ».

La vaccination obligatoire toujours possible

Le Premier ministre Jean Castex avait appelé le 20 août « à ne renoncer à aucun levier pour inciter à la vaccination ». Interrogé sur la question d’une vaccination obligatoire, il a estimé que « ça peut venir à un moment », en soulignant que le chef de l’Etat avait évoqué cette possibilité dans son allocution du 12 juillet.

« Si on avait abordé cette campagne de vaccination en disant que le vaccin était obligatoire, je ne suis pas sûr qu’on en serait au résultat d’aujourd’hui », a-t-il néanmoins fait valoir.