Un cadre sur deux aimerait quitter Paris et sa région pour changer de vie, selon une étude

RENOUVEAU 80 % des cadres sondés trouvent que la vie à Paris ou en banlieue parisienne est devenue trop chère

20 minutes avec agence
— 
La Tour Eiffel est le site parisien le plus visité par les touristes
La Tour Eiffel est le site parisien le plus visité par les touristes — Clément Rodriguez/20 Minutes

Le désamour des cadres pour la capitale française serait bien réel. C’est en tout cas ce qu’affirment les résultats d’une étude de Cadremploi, révélée par Europe 1, jeudi. Ainsi, ils sont 52 % à ne pas être satisfaits de leur situation actuelle et huit personnes sur dix pensent à quitter la région francilienne dans les trois prochaines années. Selon eux, celle-ci est devenue morose.

En outre, la raison principale de ce désamour serait notamment liée au coût de la vie. 80 % des interrogés trouvent que la vie à Paris ou en banlieue est devenue trop chère. Le rythme stressant du quotidien est également mis en cause, tout comme le temps passé dans les transports qui dure, en moyenne, plus d’une heure chaque jour.


Bordeaux, la destination la plus prisée

Plus d’espace, moins de nuisances, une meilleure qualité de vie mais également un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle… Voilà ce que recherchent la majorité des cadres interrogés. Mais encore faut-il réussir à franchir le cap. Selon l’étude, environ deux tiers des cadres sondés ont affirmé avoir peur de ne pas retrouver un emploi loin de Paris. « On s’aperçoit que 30 % des cadres ont recherché activement un poste ou ont passé des entretiens, et 3 % ont envisagé ou demandé une mutation dans leur entreprise », détaille Julien Breuilh, directeur des études chez Cadremploi.

Plusieurs villes font alors rêver ces cadres qui ne supportent plus la capitale française, à commencer par Bordeaux, qui arrive en tête des destinations les plus prisées. Nantes arrive loin derrière, suivie de Lyon et de la métropole Aix-Marseille. D’autres grandes villes comme Montpellier, Toulouse, Rennes, Nice, Tours ou Lille ont également la cote. Une personne sondée sur deux serait même prête à baisser son salaire, voire à changer de métier, afin de s’éloigner de Paris et de la région parisienne.