C’est l’heure du BIM : Daesh en Afghanistan, représailles selon Biden et Michel Barnier candidat à l'Elysée

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

Marion Pignot
Le personnel médical à Kaboul, après le double attentat revendiqué par la branche afghane de Daesh, le 26 août 2021.
Le personnel médical à Kaboul, après le double attentat revendiqué par la branche afghane de Daesh, le 26 août 2021. — Wakil KOHSAR

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Qui est le groupe EI Province du Khorasan, derrière l’attentat de Kaboul ?

Le double attentat qui a fait au moins 73 morts, dont 13 soldats américains, jeudi, a été revendiqué par le groupe djihadiste Etat islamique Province du Khorasan. La branche de Daesh en Afghanistan était considérée comme une menace croissante pour les civils évacués à l’aéroport de Kaboul avant la fin du retrait américain, qui doit s’achever le 31 août. Le groupe, qui s’est formé en 2014 et qui voue une haine aux talibans, est responsable de nombreuses attaques sanglantes dans la région ces dernières années. Alors qui est le groupe EI Province du Khorasan, derrière l’attentat de Kaboul ? 20 Minutes fait le point par ici.

Attentat de Kaboul : Joe Biden promet de « pourchasser » les terroristes 

C’est la première crise majeure – hors Covid – de son mandat. Après la double attaque suicide revendiquée par la branche afghane de Daesh (EI au Khorasan, ou Isis-K en anglais), qui a fait des dizaines de morts, dont au moins 13 soldats américains, Joe Biden a promis de « pourchasser les terroristes » et de continuer les évacuations jusqu’au 31 août. Mais alors qu’il ne reste que cinq jours avant la date butoir du retrait américain, il a écarté de déployer des forces supplémentaires, précisant que l’Etat-major américain ne l’avait pas demandé.


Philippe Berry, notre journaliste basé aux Etats-Unis, fait le point sur l’allocution du président américain à la suite du double attentat à Kaboul par ici.

Michel Barnier candidat à la présidentielle 2022

Portant le projet à droite d’une « France réconciliée », l’ancien négociateur pour le Brexit Michel Barnier (LR) a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2022. Parmi les axes de son projet, Michel Barnier a évoqué sur TF1 l’idée de « limiter l’immigration et la maîtriser » et de « remettre le travail, le mérite au centre de notre société » ainsi que la lutte contre « le changement climatique qui va tout bouleverser ». « Je suis candidat pour être un président qui respecte les Français et qui fait respecter la France. (…) Notre pays va mal. Il faut une alternance pour réconcilier, remettre ensemble et agir vraiment », a-t-il expliqué au Figaro mis en ligne jeudi soir.