Nantes : Le Warehouse, plus grosse discothèque de l’ouest, prêt pour enfin rouvrir ses portes

JOUR J Après 17 mois de fermeture, le célèbre club nantais va retrouver ses habitués à partir de ce vendredi soir

Julie Urbach
— 
Le Warehouse rouvre ses portes après 17 mois de fermeture
Le Warehouse rouvre ses portes après 17 mois de fermeture — ftne
  • Dix-sept mois plus tard, c'est enfin l'heure de la réouverture pour la plus grosse discothèque de l'ouest.
  • Malgré le protocole sanitaire, le Warehouse espère afficher complet à chaque soirée.

Et on remet le son ! Dix-sept mois plus tard, c’est enfin l’heure de la réouverture pour le Warehouse. Ce vendredi soir, près de 2.000 fêtards vont s’engouffrer dans la célèbre discothèque nantaise, la plus grosse de l’ouest, pour s’ambiancer toute la nuit au son des DJs de la région invités pour cette soirée de retrouvailles tant attendue.

Si le feu vert du gouvernement avait en fait été donné début juillet, cette « grosse machine » du Hangar à Bananes, qui a encore gravi des marches dans le top 100 des meilleurs clubs du monde, a préféré laisser passer l’été pour pouvoir se préparer au mieux. « En fait, on n’a pas eu le choix car on a été pris de court, explique Simon Boisson, l’un des cogérants. Relancer un lieu de cette taille, c’est au moins deux mois de travail. On a vraiment tout fait pour rouvrir au plus vite. »

Fermé depuis le 13 mars 2020, l’établissement a dû engager un « gros travail » technique mais aussi humain, notamment pour recomposer presque totalement son équipe d’une vingtaine de salariés, dont le recrutement est toujours en cours. Aujourd’hui, ses patrons misent sur leur « combativité » et « une grosse programmation » (avec notamment Feder, samedi) pour faire oublier le protocole sanitaire, qui pourrait en refroidir certains.

La jauge de 75 %, une « épée de Damoclès »

Car la crise est passée par là et les habitués ne retrouveront pas tout de suite le Warehouse comme ils l’ont laissé : après avoir présenté leur pass sanitaire à l’entrée, il leur sera fortement recommandé (mais pas imposé) de porter un masque pour danser. Ils découvriront aussi une salle un peu plus vide que d’habitude puisqu’une jauge de 75 % a été décidée pour les discothèques (soit une capacité de 1.900 personnes).

Une limitation vécue comme une « épée de Damoclès » pour les responsables du Warehouse, qui espèrent (et c’est déjà ce qui se profile pour vendredi) afficher complet à chaque soirée. « On appelle ça une réouverture mais en réalité l’activité ne reprend pas complètement, estime Simon Boisson. On va se retrouver en difficulté financière jusqu’à la levée de cette limitation, donc faire complet est une obligation pour nous. » D’autant que la santé financière du club ne serait pas au beau fixe alors que le Warehouse parlait déjà d’une « situation critique » en janvier.

« L’envie d’abandon n’était pas loin, on sait qu’on va mettre des années pour redresser la barre car on a de très lourdes dettes, mais on n’a rien lâché, confie Simon Boisson. Des milliers de personnes ont participé à notre campagne de dons. Ce soutien financier mais aussi psychologique pendant cette période difficile a été vraiment très important pour nous. »