Hauts-de-France : Les plus pauvres encore plus pauvres depuis le 1er confinement

REVENUS Les ménages des Hauts-de-France les plus modestes ont été davantage impactés par les conséquences économiques du confinement de mars 2020 selon l’Insee

Mikaël Libert
— 
Les finances d'un habitant des Hauts-de-France sur quatre se sont dégradées pendant l'épidémie de coronavirus (illustration).
Les finances d'un habitant des Hauts-de-France sur quatre se sont dégradées pendant l'épidémie de coronavirus (illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES

Galères sanitaire et financière. L’épidémie de coronavirus qui pourrit la vie du monde entier depuis début 2020 n’aura pas eu que des conséquences sur la santé de l’humanité. Les dégâts collatéraux sur l’économie ont eu des effets redoutables. Dans les Hauts-de-France, au cours du premier confinement, entre mars et mai 2020, un habitant sur quatre a vu sa situation financière se dégrader selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

La baisse du niveau de vie des Français, constatée à la fin du premier confinement, a été générale. En revanche, c’est dans les Hauts-de-France que cette baisse a impacté le plus de personnes. Dans une étude publiée, jeudi, l’Insee révèle que 24 % des habitants de la région ont ressenti une dégradation de leur situation financière en mai 2020, soit un point de plus que la moyenne nationale. Dans le détail, ce sont les habitants de l’Aisne qui ont le plus souffert (26 %) et ceux de la Somme le moins (20 %). Les trois autres départements sont à égalité à 25 %.

Pire, c’est une tranche de la population déjà fragile qui a été le plus touchée puisque la baisse du niveau de vie liée au confinement concerne essentiellement les personnes ayant de faibles revenus. L’Insee avance l’explication d’un recours plus important au chômage partiel dans la région qu’ailleurs sur le territoire, 38 % contre 36 % au niveau national.