La France va traiter « rapidement » les demandes d'asile des Afghans évacués

Conflit Les dossiers de plus de 1.500 Afghans exfiltrés vers Paris seront placés en haut de la liste de l’Ofpra, l’organe chargé d’attribuer le statut de réfugié

20 Minutes avec AFP
— 
A l'aéroport de Kaboul, des Afghans vont embarquer à bord d'un avion pour Paris, le 24 août 2021..
A l'aéroport de Kaboul, des Afghans vont embarquer à bord d'un avion pour Paris, le 24 août 2021.. — Etat major des armées/AFP

L’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) « s’organise pour traiter rapidement les demandes d’asile des personnes que la France a évacuées » d’ Afghanistan, a expliqué, mercredi, son directeur général Julien Boucher. Les personnes exfiltrées de Kaboul pourront entamer ces démarches à l’issue d’une quarantaine sanitaire obligatoire de 10 jours.

En clair, les dossiers des plus de 1.500 Afghans évacués vers Paris par des vols spéciaux seront placés en haut de la liste, tandis que 8.000 demandes d’asile déjà déposées par des ressortissants d’Afghanistan sont toujours en attente.

8.871 Afghans ont déposé une demande d’asile en 2020

Il ne s’agira toutefois pas de « procédures accélérées », a souligné M. Boucher : ces procédures sont généralement réservées aux demandeurs originaires de pays dits « sûrs », dont l’administration estime que leurs dossiers ont davantage de chances d’être rejetés.

Les Afghans sont, de loin, les premiers demandeurs d’asile en France, où ils obtiennent une protection dans 65 % des cas en première instance, à l’Ofpra, et à plus de 80 % après recours devant la Cour nationale du droit d’asile. En 2020, 8.871 Afghans ont déposé une demande en France. Depuis la crise migratoire de 2015, ils sont environ 10.000 en moyenne chaque année.