Pass sanitaire : La consommation a-t-elle augmenté de 5 % dans les restaurants depuis l’entrée en vigueur du dispositif ?

FAKE OFF Ce chiffre, avancé par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lors d'une interview, fait vivement réagir sur les réseaux sociaux

Alexis Orsini
— 
Une affiche du pass sanitaire, ici à Cannes.
Une affiche du pass sanitaire, ici à Cannes. — SYSPEO/SIPA
  • Le pass sanitaire a-t-il eu un effet négatif sur la fréquentation des restaurants depuis sa mise en place le 9 août ?
  • Pas du tout, à en croire Bruno Le Maire, qui a affirmé sur France 2 que « la consommation dans les restaurants a augmenté de 5 % entre le 9 et le 15 août ».
  • Un chiffre plutôt en décalage avec la réalité de terrain – difficilement chiffrable à ce stade –, mais qui faisait référence, comme le précisait le ministre de l’Economie plus tôt dans cette interview, à l’augmentation de 5 % des « factures de carte bleue » dans les restaurants au cours de cette période.

Bruno Le Maire s’attendait-il à ce que son interview sur le plateau de Télématin, lundi 23 août, connaisse une telle résonance sur les réseaux sociaux ? Une phrase prononcée par le ministre de l’Economie lors de cet entretien est relayée par de nombreux internautes qui y voient une preuve manifeste de mauvaise foi.

« Le mensonge n’est plus une exception, c’est devenu LA NORME ! », « Bruno Le Maire contre le reste du monde. La réalité n’a absolument aucune prise sur ces gens… », s’insurgent par exemple deux publications parmi tant d’autres.

En cause ? Un chiffre avancé par le ministre sur la fréquentation des restaurants depuis que le pass sanitaire y est requis : « Même s’il y a évidemment des disparités géographiques, la consommation dans les restaurants a augmenté de 5 % entre le 9 et le 15 août. »

Un chiffre jugé invraisemblable sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes n’ayant pas manqué, en réaction, de relayer des articles de presse locale relayant la baisse de fréquentation de l'ordre de 40 % observée dans certains établissements depuis l’extension du pass sanitaire aux bars et restaurant le 9 août.

FAKE OFF

Dans l’extrait complet de son intervention, quelques secondes avant d’évoquer la « consommation » en hausse de « 5 % », Bruno Le Maire précisait à quoi faisait référence ce pourcentage : « On a eu les premiers chiffres de consommation [en France] des 15 premiers jours d’août. Plus 15 %. Y compris dans les restaurants : les factures de carte bleue ont augmenté de 5 % dans la semaine du 9 au 15 août. »

Contacté par 20 Minutes, le cabinet du ministre de l’Economie précise que cette « augmentation des factures de carte bleue dans les restaurants est comparée à la même semaine en 2019 ».

L’augmentation du recours à ce moyen de paiement ne constitue donc pas une hausse nette de la consommation dans les restaurants de 5 %, comme l’a résumé par erreur Bruno Le Maire quelques secondes plus tard. D'autant que, depuis 2019, le paiement sans contact s'est largement développé, a souligné la Banque de France en juillet dernier

« Une augmentation à territorialiser »

Joint par 20 Minutes, Stéphane Manigold, porte-parole du collectif Restons ouverts, regroupant les métiers de la restauration, précise : « Bruno Le Maire avance une moyenne sur la progression du nombre de paiements en carte bancaire, mais cette augmentation est à territorialiser. Cette année, les touristes français sont massivement présents à la mer et en montagne, leur chiffre d’affaires connaît une augmentation sans comparaison avec celui de 2019. »

« Sachant que les touristes étrangers payent surtout en espèce et les touristes français plutôt en carte bleue, l’absence des premiers et la présence massive des seconds cet été fait qu’on assiste logiquement à une augmentation des paiements par carte », ajoute le restaurateur, tout en notant que de nombreux restaurants sont « restés ouverts par manque de trésorerie à une période où ils seraient normalement fermés ».

« La baisse de fréquentation est une certitude »

Mais comme le reconnaissait il y a quelques jours auprès de nos confrères du Figaro Laurent Fréchet, président de la branche nationale des restaurateurs au sein du Groupement national des indépendants hôtellerie et restauration (GNI-HCR), « la baisse de fréquentation est une certitude » et le pass sanitaire « un coup de frein à une saison qui semblait tenir ses promesses ».

A défaut de pouvoir chiffrer précisément l’impact de cette mesure sur la fréquentation des restaurants à ce stade, les conséquences du pass sanitaire diffèrent donc fortement selon les territoires, les « disparités géographiques » évoquées par Bruno Le Maire faisant notamment référence, selon son cabinet, « à Paris qui a peu de touristes étrangers ».