Mémoire : Un hommage national pour Gisèle Halimi prévu début 2022 aux Invalides

CEREMONIE Après avoir confirmé que Joséphine Baker allait bien rentrer au Panthéon, Emmanuel Macron a annoncé qu’un hommage national serait rendu à la célèbre avocate féministe

Oihana Gabriel
— 
Gisele Halimi lors du meeting du M.L.F. apres le proces de Bobigny. FRANCE - 22/11/1972.
Gisele Halimi lors du meeting du M.L.F. apres le proces de Bobigny. FRANCE - 22/11/1972. — FRILET/SIPA

Ce sera donc Joséphine Baker qui aura l’honneur d’entrer au Panthéon… mais pas Gisèle Halimi ? Joséphine Baker entrera au Panthéon « parce qu’elle est l’incarnation de l’esprit français », a plaidé lundi l’Elysée, au lendemain d' un article du journal Le Parisien révélant la décision d’honorer la mémoire de l’artiste franco-américaine.

Un hommage national début 2022 pour Gisèle Halimi

Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé lundi qu’un hommage national serait rendu à l’avocate féministe Gisèle Halimi, décédée en juillet 2020 à 93 ans, « début 2022 aux Invalides », en « accord avec la famille ».

« Sa 'farouche liberté', elle l’utilisa pour libérer les autres. Par ses combats pour l’égalité, Gisèle Halimi changea et change encore la vie de millions de femmes. En accord avec sa famille, la Nation lui rendra hommage début 2022 aux Invalides », a précisé le chef de l’Etat dans un tweet.

Adieu Panthéon ?

Une annonce déguisée pour faire comprendre que l’avocate ne rentrerait pas au Panthéon ? Dans son rapport sur la colonisation et la guerre d’Algérie (1954-1962), remis en janvier à Emmanuel Macron, l’historien Benjamin Stora a pourtant préconisé la panthéonisation de Gisèle Halimi, qui s’opposa à l’Algérie française. Par ailleurs, cet honneur est réclamé par de nombreuses militantes féministes et figures de gauche.

En mai dernier, une source proche de l’exécutif avait confié à l’AFP que « la réflexion était en cours » sur l’entrée au Panthéon de l’avocate. Mais celle qui fut l’une des principales avocates des militants du Front de libération nationale (FLN) ne fait pas l’unanimité. En effet, en janvier 2021, un collectif de femmes et de filles de harkis, auxiliaires de l’armée française lors de la guerre d’Algérie, avait dit haut et fort son opposition à l’éventuelle entrée au Panthéon de cette dernière.

Après cet hommage national, une éventuelle panthéonisation de l’avocate reste possible mais il s’agit d’un processus plus long et complexe.