Dialogue social : Les syndicats et le patronat seront reçus à Matignon les 1er et 2 septembre

PARTENAIRES SOCIAUX La rentrée est dans tous les esprits. Les sujets sociaux vont être étudiés à Matignon très prochainement

20 Minutes avec AFP
— 
A l occasion de la journee internationale des travailleurs, de nombreux syndicats ont appele a manifester ce samedi 1er mai dans les rues de paris. Un cortege a l honneur du monde de la culture est parti du theatre de l odeon a midi pour converger vers la place de la republique. Le theatre est occupe depuis plusieurs semaines par des professionnels du cinema, spectacle, intermittents...//MERESSELOUISE_MAI3419/2105011622/Credit:Louise MERESSE/SIPA/2105011624
A l occasion de la journee internationale des travailleurs, de nombreux syndicats ont appele a manifester ce samedi 1er mai dans les rues de paris. Un cortege a l honneur du monde de la culture est parti du theatre de l odeon a midi pour converger vers la place de la republique. Le theatre est occupe depuis plusieurs semaines par des professionnels du cinema, spectacle, intermittents...//MERESSELOUISE_MAI3419/2105011622/Credit:Louise MERESSE/SIPA/2105011624 — Louise MERESSE/SIPA

La rentrée se prépare petit à petit. Les dirigeants des syndicats et du patronat seront reçus à tour de rôle à Matignon les 1er et 2 septembre pour « un tour complet » des sujets sociaux de la rentrée, ont indiqué plusieurs sources syndicales, confirmant une information des Echos.

« Il y aura des bilatérales à Matignon », a certifié le secrétaire général de la CFTC Cyril Chabanier, qui sera reçu par le Premier ministre Jean Castex le jeudi 2 septembre dans l’après-midi.

Le numéro un de la CFE-CGC, François Hommeril, a pour sa part indiqué avoir « rendez-vous le 1er à 18h ». Les grands questionnements que tous les Français se posent seront étudiés.

Les grandes lignes seront abordées

Selon Cyril Chabanier, ces entretiens auront pour objet « un tour complet » de l’actualité sociale. Même si « la liste des sujets n’est pas encore vraiment déterminée », le syndicaliste s’attend à évoquer « la crise sanitaire, les aides, l’assurance chômage, sûrement les retraites aussi ».

Les syndicats restent unanimement opposés à la réforme de l’assurance chômage, plusieurs fois reportée à cause du Covid-19, puis d’une décision récente du Conseil d’Etat, mais qu’Emmanuel Macron souhaite voir « pleinement mise en oeuvre dès le 1er octobre ».

Le chef de l’Etat veut également relancer les concertations sur la réforme des retraites, dont les syndicats ne veulent pas entendre parler avant l’élection présidentielle d’avril 2022.