Pass sanitaire en Gironde : Le dispositif de bracelet pour accéder aux bars et restaurants suspendu

Covid-19 L’opération commencée mercredi a été mal interprétée, indique l’Umih-33 qui en est à l’initiative. Elle préfère la suspendre le temps de clarifier les choses

Mickaël Bosredon
— 
20.000 bracelets de ce type devaient être distribués aux clients de certains restaurants de la Gironde.
20.000 bracelets de ce type devaient être distribués aux clients de certains restaurants de la Gironde. — Mickaël Bosredon/20 Minutes

Le dispositif d’un bracelet faisant office de pass sanitaire pour faciliter l’entrée dans les bars et restaurants en Gironde, a été « suspendu » jeudi afin de « clarifier les contours de l’opération », a annoncé l’Umih-33.

« Il faut que le dispositif soit bien compris or il y a des flous sur les contours de l'opération, indique le président de l'Umih-33 (Union des métiers et des industries de l’Hôtellerie départementale), Laurent Tournier, à 20 Minutes ce vendredi. Quelques articles de presse ont fait un amalgame entre le remplacement du pass sanitaire par le bracelet, alors qu'en fait il ne s'agit pas de ça, puisque c'est un dispositif supplémentaire permettant de visualiser les contrôles plus facilement, mais en aucun cas un remplacement du pass sanitaire. »

« Remettre les choses dans le bon ordre »

L'Umih-33 souhaite distribuer auprès de 200 bars et restaurants de la Gironde, des bracelets aux clients réguliers de ces établissements, qui n'auraient ainsi plus à «  présenter leur pass sanitaire dix fois par jour dans le même lieu. » Mais ces pass ne seraient donnés qu'aux clients volontaires, et pouvant prouver un schéma vaccinal complet. 

« Il faut qu'on fasse preuve de plus de pédagogie pour remettre les choses dans le bon ordre », poursuit Laurent Tournier, alors que l'initiative « qui porte sur un sujet sensible a pris une ampleur médiatique très importante. »

L'opération suspendue, pas annulée

L’opération qui avait débuté mercredi, « est suspendue », insiste Laurent Tournier, pas annulée. Elle pourrait être relancée dès la semaine prochaine, lorsque « les esprits se seront un peu calmés. » « Je ne veux surtout pas créer de désordre, de la polémique, mais trouver une solution pérenne pour arriver à mieux travailler. »

La préfecture avait fait savoir mercredi que la police « continuerait à contrôler le pass et non le bracelet. On jugera : si ça marche, tant mieux, si ça ne marche pas, on arrête tout. On a la manette », avait précisé à l’AFP, à propos de ce dispositif, Martin Guespereau, préfet délégué pour la défense et la sécurité.