Vaccination : La note interne sur la vaccination obligatoire du GIGN est-elle authentique ?

FAKE OFF Une « note express » présentant la vaccination anti-Covid-19 comme obligatoire pour les membres du GIGN circule sur Twitter

Alexis Orsini
— 
Un membre du GIGN le 15 octobre 2019 aux Invalides, à Paris (illustration).
Un membre du GIGN le 15 octobre 2019 aux Invalides, à Paris (illustration). — AFP
  • Les membres du GIGN non vaccinés ne pourront plus exercer à compter du 1er septembre, à en croire une note interne relayée sur Twitter.
  • Ce document est authentique, comme a pu le vérifier 20 Minutes.
  • Mais son contenu est caduque depuis la parution, le 17 août, d'une note de la Direction générale de la gendarmerie nationale rendant la vaccination obligatoire à compter du 15 septembre à une catégorie plus étendue de gendarmes (dont le GIGN).

« A partir du 1er septembre 2021, si un militaire du GIGN [Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale] n’a pas réalisé de vaccination anti- Covid, il sera déclaré inapte à servir au GIGN ! »

Pour étayer ses propos, ce compte Twitter s’appuie sur l’extrait d’une « note express » qui aurait été envoyée le 6 juillet 2021 à « tous [les] personnels GIGN » et qui indique notamment : « Une campagne de vaccination des militaires de la gendarmerie nationale est en cours, opérée par le Service de santé des armées (SSA). […] Cette vaccination obligatoire, inscrite au calendrier vaccinal des Armées, suivra un planning tenant compte des impératifs opérationnels de la DGGN [Direction générale de la gendarmerie nationale] et des livraisons de vaccins ».



« Par conséquent, tous les militaires du GIGN (forces opérationnelles et états-majors) doivent se faire vacciner. […] A compter du 1er septembre 2021, si un militaire du GIGN n’a pas réalisé sa vaccination anti-Covid, il sera déclaré inapte à servir au GIGN », indique encore ce document.

FAKE OFF

Cette note est authentique et a bien été diffusée au sein du GIGN, comme le confirme une source proche du dossier à 20 Minutes… tout en précisant qu'« elle est devenue caduque depuis la parution d’une note de la DGGN en date du 17 août, celle-ci émanant d’une autorité supérieure ».

Comme l'a indiqué l'AFP, cette dernière précise en effet quel personnel sera concerné par l’obligation vaccinale d’ici au 15 septembre 2021 : « les personnels militaires, d’active et de réserve, en missions de sécurité publique, de sécurité routière, de maintien de l’ordre, de police judiciaire et d’accueil ou effectuant des services au contact du public ou de personnes extérieures à la gendarmerie ». Les membres du GIGN font donc eux aussi partie de cette liste.

Cette mesure découle d’une instruction de la direction centrale du service de santé des armées (SSA) en date du 29 juillet et révélée par Le Monde visant à « préserver la santé des personnels et de maintenir la capacité opérationnelle des forces armées ».

Les gendarmes concernés feront ainsi partie, avec les personnels soignants et non soignants des hôpitaux et maisons de retraite, les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, ainsi que les pompiers ou les ambulanciers, des métiers concernés par l’obligation vaccinale – à la différence des policiers, seulement incités à la vaccination par leur hiérarchie.