Gard : Elle rentre à la clinique pour un examen de routine et se retrouve amputée des quatre membres

HANDICAP Il y a six ans, cette mère de famille est entrée à la clinique pour un banal examen de l’estomac et a contracté une maladie nosocomiale

H.M.
— 
La mère de famille a contracté une infection nosocomiale lors d'un séjour à a clinique.
La mère de famille a contracté une infection nosocomiale lors d'un séjour à a clinique. — DarkoStojanovic / Pixabay

Malgré ses prothèses, l’ancienne assistante maternelle veut rebondir en créant une association de sensibilisation des enfants au handicap. Dans son édition du jour, Midi Libre livre le témoignage poignant de Stéphanie P., une mère de famille gardoise de 46 ans, victime d’un effroyable accident médical.

Sa vie a basculé le 16 octobre 2015, au détour d’un banal examen à l’estomac dans une clinique nîmoise. Elle contracte ce jour-là une maladie nosocomiale qui a nécrosé plusieurs de ses organes. L’état de Stéphanie a été aggravé par une erreur de traitement : alors que son dossier médical mentionnait son allergie à la pénicilline, elle en a tout de même reçu et a fait un violent choc allergique.

Mariage détruit

Les dégâts sont irréversibles. Les médecins lui retirent d’abord son appareil digestif et doivent se résoudre quelques mois plus tard à l’amputer de ses quatre membres. « J’ai perdu mes membres, mon mariage, mon travail… », confie Stéphanie au quotidien régional. La quadragénaire s’adapte à sa nouvelle vie avec une incroyable détermination. Elle a trouvé la force de reconduire et elle a pu s’acheter une maison grâce au dédommagement de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam). Une procédure contre la clinique est toujours en cours.