Bretagne : « Ce n’est pas mon métier »… Un restaurateur déguisé en gendarme de Saint-Tropez pour contester le pass sanitaire

HUMOUR Jean-Christophe Genillier a fait le buzz sans le vouloir grâce à une courte vidéo tournée devant son restaurant Chez Odette Bongrain, à Dinan

Camille Allain
— 
A Dinan, le personnel du restaurant Chez Odette Bongrain a paradé chaque soir, déguisé en gendarme, pour dénoncer le contrôle du pass sanitaire des clients.
A Dinan, le personnel du restaurant Chez Odette Bongrain a paradé chaque soir, déguisé en gendarme, pour dénoncer le contrôle du pass sanitaire des clients. — J. C. G.
  • A Dinan, dans les Côtes d'Armor, le patron d'un restaurant s'est déguisé en gendarme pendant une semaine pendant son service.
  • Derrière cette note humoristique, Jean-Christophe Genillier veut dénoncer le contrôle du pass sanitaire que l'Etat lui impose.
  • La représentation de 5 minutes donnée chaque soir a attiré jusqu'à 300 personnes sur le port de Dinan.

C’est l’histoire d’un Auvergnat qui se baladait à moto dans les rues de Dinan. En s’arrêtant par hasard sur le port de la charmante cité des Côtes d’Armor, Jean-Christophe Genillier découvre un très beau restaurant en vente. Et l’achète. Ce coup de cœur s’est noué il y a dix ans et a donné naissance à un restaurant auvergnat baptisé Chez Odette Bongrain. Bien connue des locaux, l’adresse du 9 rue du Quai s’est transformée pendant une semaine en véritable attraction au moment du service du soir. La raison ? Le mini « spectacle » donné par son personnel, déguisé en gendarme de Saint-Tropez. Une blague imaginée par le patron qui cache pourtant un véritable message : celui de contester le contrôle du pass sanitaire imposé aux restaurateurs de France depuis le 9 août. « Contrôler les gens, ce n’est pas mon métier ! Ça me gêne de connaître leur nom, leur date de naissance. Je n’ai pas à savoir ça », s’agace Jean-Christophe Genillier.

Le patron du restaurant estime que chaque soir, il consacre « 35 à 50 minutes » à contrôler les pass sanitaires des clients. « Je ne suis pas du tout contre la vaccination. Mais j’estime que ce n’est pas à nous de mener ces contrôles. Si l’État impose de telles mesures, c’est à lui de les faire respecter ». Et pas à des serveurs ou barmen. L’idée lui était venue en discutant avec une cliente, qui lui avait lancé « qu’ils n’étaient pas des gendarmes ». « Même dans le métro, on ne le contrôle pas ».

Pendant une semaine, lui et son personnel ont enfilé un déguisement rendu célèbre par le film « Le gendarme de Saint-Tropez » loué à une boutique de la cité médiévale. Chaque soir à 20h30, le monde s’est fait plus nombreux pour voir cette parade improvisée par ces professionnels de la restauration à 20h30. La vidéo de quelques secondes diffusée sur Facebook par une proche d’un membre du personnel a achevé de médiatiser l’affaire. « On a plus de 700.000 vues. Nous, on ne voulait pas faire le buzz, juste expliquer avec humour à nos clients qu’on n’était pas d’accord mais qu’on n’avait pas le choix ».

« On prévoit d’autres surprises »

Dimanche 15 août, le patron du restaurant a préféré arrêter la parade quotidienne. « Les meilleures blagues sont les plus courtes », explique Jean-Christophe Genillier. Victime de son succès, le restaurant a fait l’objet de commentaires nauséabonds sur les réseaux sociaux et a préféré rendre les déguisements. « Mais on prévoit d’autres surprises », glisse l’Auvergnat.