Pass sanitaire : Un bug informatique perturbe la délivrance de QR codes dans les pharmacies

TESTS Une panne informatique géante, survenue vendredi après-midi, créé des dysfonctionnements dans les pharmacies

20 Minutes avec AFP
— 
Pass sanitaire COVID19 dans un Bowling, à Douai, le 9 août 2021.
Pass sanitaire COVID19 dans un Bowling, à Douai, le 9 août 2021. — FRANCOIS GREUEZ/SIPA

La délivrance de QR codes valant pass sanitaire à la suite d’un test antigénique était perturbée ce samedi, après une panne géante vendredi après-midi, a-t-on appris auprès de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Le système est tombé en panne vendredi vers 16h, avant de revenir à la normale vers 23 heures. Il a connu un fonctionnement erratique samedi, avant d’être de nouveau opérationnel en fin de matinée.

« La situation, suivie de très près, est désormais revenue à la normale malgré un niveau d’utilisation élevé du service. Elle continue à faire l’objet d’un suivi rapproché dans le cadre d’une cellule de crise rassemblant les acteurs concernés », a communiqué en début de soirée le ministère de la Santé. « Les investigations sont encore en cours pour déterminer l’ensemble des causes de cet incident », a-t-il poursuivi.

Pharmaciens « sous pression »

L’incident a empêché les professionnels de santé de se connecter « aux systèmes d’information "Vaccin Covid" pour la saisie de la traçabilité vaccinale, et "SI-DEP" pour la saisie des tests antigéniques et des autotests supervisés lorsqu’ils ne disposaient pas de moyens alternatifs pour s’y connecter », mais il n’a pas eu d’impact sur l’édition de QR codes à l’issue de tests PCR effectués en laboratoire. Des perturbations ont déjà pu être observées ces dernières semaines, sur des périodes plus courtes.

Sans doute en cause, « les flux très importants, notamment vendredi après-midi du fait des chassés-croisés des départs en vacances pour les gens qui doivent prendre des trains, des avions ou autres, et du fait des activités liées au week-end », selon Philippe Denry, vice-président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). La FSPF a demandé ce samedi matin que les attestations délivrées par les pharmacies, sans QR codes, « valent pass sanitaire quelques jours ».

Modalités de contrôle « assouplies »

Le ministère de la Santé a fait savoir ce samedi soir que les « modalités de contrôle » seraient « assouplies pour les tests réalisés » vendredi après-midi et samedi matin, et que les attestations délivrées par les pharmaciens pendant cette période seraient acceptées. La FSPF a tiré la sonnette d’alarme ce samedi matin, appelant à une solution rapide. « Il faut qu’ils aillent vite parce que les gens sont assez énervés au comptoir », avait déclaré le président de la FSPF Philippe Besset à l’AFP alors que les perturbations étaient toujours en cours.

Après le rétablissement du service, Philippe Denry a dit espérer que le ministère trouve « une solution pérenne », par exemple en augmentant la capacité de ses serveurs. « On a fait remonter de manière très forte que cela ne pouvait pas se reproduire », a-t-il souligné. La SNCF a fait savoir que « la présentation d’une attestation délivrée par un pharmacien et justifiant d’un test négatif datant de moins de 72h » pouvait être acceptée par ses agents. Mais même si « cela risque de pénaliser la fluidité des opérations de vérification des pass sanitaires à l’embarquement », « on continue de vérifier les pass sanitaires des voyageurs », a-t-elle ajouté.

Selon Philippe Denry, environ 300.000 tests journaliers sont réalisés par les pharmaciens « sur les journées chargées ». « Les pharmaciens sont sous pression depuis plusieurs mois, cela s’est accentué avec le pass sanitaire », a-t-il souligné, alors que plusieurs pharmacies ont été victimes ces dernières semaines de la vindicte des opposants au pass sanitaire. Le président des Hauts-de-France et candidat déclaré à la présidentielle Xavier Bertrand (ex-LR) a exprimé son « soutien à tous les pharmaciens » qui « ont connu des difficultés avec le logiciel de traitement des dépistages et vaccinations ». « Il faudra faire preuve de transparence sur ces dysfonctionnements », a-t-il estimé dans un tweet.