Martinique : Toujours des réticences au vaccin, malgré la dramatique quatrième vague

CORONAVIRUS En Martinique, une partie de la population continue d’être réticente à la vaccination, malgré une quatrième vague de Covid-19 particulièrement dramatique

B.D. avec AFP, M.K. pour la vidéo
— 
Covid-19: Des réticences au vaccin en Martinique — 20 Minutes

« Pas de recul », « roulette russe », « relation compliquée avec l’Etat »... En Martinique, une partie de la population continue d’être réticente à la vaccination, malgré une quatrième vague de Covid-19 particulièrement dramatique.

A 74 ans, Edwige Dupuy, n’est « pour le moment pas vaccinée ». « Je ne suis pas contre le vaccin, mais je trouve qu’on n’a pas assez de recul », explique cette retraitée résidant dans la commune du Diamant (sud de l’île), qui préfère encore « attendre un peu » . Alors que la situation sanitaire est « sans commune mesure » avec celle des vagues précédentes en métropole, selon les mots du ministre de la Santé Olivier Véran, présent jeudi sur place, Edwige juge la situation « anxiogène », mais « ne fait pas confiance » aux vaccins anti-Covid.

« Roulette russe »

Elle est loin d’être la seule : quand on les interroge dans la rue, beaucoup de Martiniquais disent « attendre la version 2 du vaccin », et « ne pas vouloir jouer à la roulette russe ». Face au caractère extrêmement virulent de la quatrième vague en Martinique, les autorités ont constaté ces derniers jours un « frémissement » en faveur de la vaccination. Mais pour l’heure, seulement 18 % de la population martiniquaise est entièrement vaccinée.

Jeannette Coton-Pelagie, 63 ans, la sœur d’Edwige, est, elle, vaccinée. Mais elle justifie notamment le refus des plus réticents par l’affaire du chlordécone, pesticide longtemps utilisé dans les bananeraies des Antilles, et considéré comme perturbateur endocrinien et cancérogène probable.

« Le président Emmanuel Macron nous a précisé qu’apparemment le chlordécone n’avait pas été nocif sur le sol antillais [lors de son déplacement aux Antilles en septembre 2018], mais quand on voit la quantité de patients atteints de troubles de la prostate, on a l’impression que la République nous ment », dit-elle. « Maintenant on dit que le vaccin peut nous aider à lutter contre le Covid, mais comment voulez-vous qu’on ne soit pas méfiant ? »

Chlordécone, sargasses...

« La question de la vaccination se pose encore. Je crois que véritablement dans les Outre-mers ce sera quelque chose de compliqué », estime aussi le maire de la commune du Diamant, Hugues Toussay, qui n’est lui non plus pas vacciné, mais « va peut-être évoluer dans (sa) réflexion ». Il évoque « l’Histoire » et une « relation compliquée avec l’Etat » : outre « des mois de lutte avec l’Etat concernant le chlordécone », il cite aussi la bataille contre les algues sargasses qui envahissent régulièrement les rivages antillais, objets de débat entre collectivités locales et Etat pour savoir qui doit payer les conséquences de cette pollution.

Il y ajoute « les fake news sur les réseaux sociaux », le fait que le Martiniquais « est méfiant » et « ne va pas tête baissée dans tout ce qu’on lui dit », et le sentiment que les populations antillaises ont connu un décalage de l’épidémie dans le temps par rapport à l’Héxagone. « La population se sentait immunisée, protégée », de par son « insularité », estime-t-il.

Remèdes locaux

« Ce qu’on vit aux Antilles actuellement c’est ce qu’a vécu la métropole à la première vague », insiste Jeannette Coton-Pélagie, regrettant que certains médias nationaux « nous stigmatisent » en affirmant que les Antillais refusent d’être vaccinés parce qu’ils « boivent du rhum », qu’ils pratiquent le vaudou ou préfèrent utiliser les « Rimèd razié », plantes médicinales locales. Beaucoup défendent cette pharmacologie traditionnelle, comme cette femme de 69 ans, souhaitant rester anonyme, qui s’oppose au vaccin et prône plutôt « l’infusion au basilic » et « le manger sain ».

Joyce Thelam, jeune homme de 33 ans, défend lui aussi « ces remèdes efficaces », estimant que le vaccin « ne sert à rien », dans une rhétorique reprenant certaines théories complotistes véhiculées par les réseaux sociaux. « Regardez Jacob Desvarieux : il avait reçu trois doses de vaccin et il est décédé du Covid », explique-t-il par exemple. Mais le chanteur, greffé d’un rein, avait un système immunitaire extrêmement faible en raison du traitement immunosuppresseur qu’il prenait, rendant le vaccin moins efficace.