Pass sanitaire à Arcachon : Enquête ouverte pour de faux certificats de vaccination

TRAFIC Un médecin a découvert que son profil avait été utilisé sur le site de l’assurance-maladie pour professionnels de santé, afin d’éditer 55 faux certificats de vaccin

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration certificat de vaccination
Illustration certificat de vaccination — SYSPEO/SIPA

Nouvelle affaire de fraude aux certificats de vaccination en Gironde. Une enquête a été ouverte après la plainte d’un médecin d'Arcachon (Gironde), qui a découvert que son profil avait été utilisé sur le site de l'assurance-maladie pour professionnels de santé, afin d’éditer 55 faux certificats de vaccin.

L’enquête a été ouverte par le parquet de Bordeaux et confiée à la police judiciaire pour escroquerie, modification frauduleuse des données d’un système de traitement automatisé, notamment à la suite de la plainte du praticien, qui a découvert la fraude dimanche dernier, a précisé le parquet, confirmant une information du quotidien Sud Ouest.

Ils ont réussi à activer le profil du médecin sur le compte « pro » de l’Assurance Maladie

Le ou les fraudeurs, selon une source proche du dossier, se sont procuré le numéro d’identification du médecin, dans des circonstances que l’enquête devra établir, et ont réussi à activer son profil sur le compte « pro » de l’Assurance Maladie, éditant des faux certificats de vaccin, aux fins sans doute de les revendre à des non-vaccinés.

Ce sont les demandes de connexion sécurisée répétées sur son téléphone portable qui ont alerté le médecin, alors que le centre de vaccination local, où il officie, était fermé dimanche.

Les procédures pour faux et usage de faux pass sanitaires se multiplient

Mercredi, l’Assurance maladie a indiqué que les procédures pour faux et usage de faux pass sanitaires se multipliaient, avec 46 réquisitions reçues depuis mai, dont 10 pour les deux premiers jours de la semaine, et 30 plaintes et signalements déposés par les caisses de Sécurité sociale.

Plusieurs personnes ont été mises en examen ces dernières semaines, à Paris, Grenoble, Bordeaux, notamment, dans des affaires de faux certificats de vaccination. Et une peine de prison ferme – qui a été aménagée en détention à domicile - a été prononcée fin juillet en Seine-Saint-Denis contre une contractuelle d’un vaccidrive qui avait généré 200 faux codes QR pour les revendre.