Coronavirus : La Guadeloupe durcit encore son confinement pour trois semaines de plus

MESURES SANITAIRES Le couvre-feu passe de 19 heures à 5 heures et les commerces non-essentiels vont devoir fermer

20 Minutes avec AFP
— 
Coronavirus : De nouvelles mesures en France pour empêcher « la fermeture du pays » — 20 Minutes

Gabriel Attal avait préparé le terrain, la Guadeloupe n’attendait donc plus que le détail des nouvelles restrictions. Extension du couvre-feu, commerces « non indispensables » fermés : le confinement sera durci sur l’île à partir de vendredi et jusqu’au 1er septembre. L’objectif est de « casser la dynamique » de Covid-19, a annoncé mercredi le préfet Alexandre Rochatte.

« L’épidémie devient catastrophique et la situation nous oblige à prendre maintenant des mesures extrêmement dures », a reconnu le préfet lors d’un point presse avec la directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS), Valérie Denux. L’épidémie atteint « des taux d’incidence jamais connus nulle part sur le territoire de la République française (…) avec presque 1.900 cas pour 100.000 habitants », a-t-il ajouté, s’attendant à ce que la barre des 2.000 cas soit bientôt dépassée.

Pour stopper cette vague, le préfet a annoncé l’extension du couvre-feu. Il commencera non plus à 20 heures mais à 19 heures et finira toujours à 5 heures. Les habitants ne pourront en outre plus sortir sans autorisation d’un périmètre de 5 km autour de leur domicile. Les commerces dits « non indispensables » devront fermer à partir de vendredi 19 heures. Les plages resteront accessibles, mais uniquement pour des pratiques sportives, même si le préfet a prévenu qu’il pourrait les fermer dès ce week-end si cette mesure n’était pas respectée.

Concernant les touristes, il ne les a pas invités à rentrer comme en Martinique, île où le confinement a été renforcé mardi : « Je ne souhaite pas donner de consigne de départ des touristes, mais simplement indiquer qu’il me semble assez peu pertinent d’envisager un séjour touristique » en Guadeloupe.

« Les hôpitaux sont submergés »

« La situation est dramatique. Nous savions qu’elle allait arriver, mais avec cette hauteur-là, cette force-là, non, nous ne le pensions pas », a pour sa part affirmé Valérie Denux. Selon elle, 17 personnes sont décédées cette semaine et le variant delta représente 90 % des cas. « Les hôpitaux sont submergés », a-t-elle admis. « Nous réorganisons le système de santé en consacrant quasi totalement nos hôpitaux et nos cliniques pour le covid ». « Nous sommes passés de 27 lits de réanimation à 67 aujourd’hui. Pour aller plus loin, nous envisageons potentiellement d’aller jusqu’à 130 lits », a-t-elle expliqué.

Lors d’un Conseil de défense sanitaire en visioconférence, Emmanuel Macron avait alerté sur la « situation dramatique » de l’épidémie aux Antilles, où « l’augmentation des contaminations se traduit par une explosion des formes graves » et une saturation des hôpitaux. Selon lui, cette situation « implique la solidarité inconditionnelle de la nation » et offre « la démonstration cruelle » que « la vaccination est le moyen le plus efficace » face au virus. Pour montrer le soutien du gouvernement, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, est actuellement aux Antilles. Il sera rejoint ce jeudi par Olivier Véran.