Prêtre tué en Vendée : Le suspect hospitalisé d'office, sa garde à vue levée

DRAME Le suspect de 40 ans, qui souffre de troubles psychiatriques, a été conduit à l’hôpital pour y être soigné

20 Minutes avec AFP
— 
Un prêtre a été tué lundi 9 août 2021, dans une commune de Vendée.
Un prêtre a été tué lundi 9 août 2021, dans une commune de Vendée. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Interné d’office. La garde à vue du présumé incendiaire de la cathédrale de Nantes en juillet 2020, qui s’est accusé ce lundi du meurtre d’un prêtre qui l’hébergeait en Vendée, a été levée pour « incompatibilité avec son état de santé », a-t-on appris lundi de sources proches du dossier. Le suspect de 40 ans, qui souffre de troubles psychiatriques, a été conduit à l’hôpital pour y être soigné, a ajouté l’une de ces sources, confirmant une information de BFMTV.

Une enquête est ouverte pour « homicide volontaire » et en l’état, « aucun mobile lié à un motif terroriste » n’apparaît dans cette affaire, a-t-il précisé. De source proche du dossier, on souligne que « le criminel était catholique. Loin du terroriste islamiste… »

Il venait de passer un mois en hôpital psychiatrique

Dans le cadre de son contrôle judiciaire lié à l’incendie de la cathédrale de Nantes, l’homme était hébergé au sein de la communauté religieuse à laquelle appartenait la victime, à Saint-Laurent-sur-Sèvre. Le suspect avait été incarcéré du 20 juillet 2020 au 31 mai 2021, dans le cadre de cette enquête. Il a ensuite été placé sous contrôle judiciaire, avec une obligation de résidence au sein de la communauté religieuse.

Le 20 juin, la gendarmerie avait été sollicitée par la victime, le père supérieur de la communauté, car le suspect « voulait quitter son hébergement » contraint. Ce dernier a alors été hospitalisé en psychiatrie, avant de revenir dans la communauté il y a une dizaine de jours.

Le drame a été annoncé par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter, confirmant une information de Valeurs Actuelles. Gérald Darmanin s’est rendu en fin de journée à Saint-Laurent-sur-Sèvre, à une quinzaine de kilomètres au sud de Cholet. Le ministre y a rencontré la communauté religieuse et lui a apporté « un message de soutien et de fraternité » de la part du président de la République.