Charente-Maritime : Une avocate et un détenu surpris en plein rapport sexuel à la prison de Saint-Martin-de-Ré

DETENTION C'est un surveillant qui a mis fin à la relation entre l'avocate et son client, en les surprenant au sein de l'établissement pénitentiaire de Saint-Martin-de-Ré

M.B.
— 
Une cellule dans une prison (illustration).
Une cellule dans une prison (illustration). — M.LIBERT/20 MINUTES

Une avocate et son client, détenu à la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré, sur l’île de Ré (Charente-Maritime), ont été surpris vendredi 30 juillet, en plein rapport sexuel, rapporte Sud Ouest. C’est un surveillant qui y a un mis un terme en faisant irruption.

Le syndicat pénitentiaire des surveillants de la maison centrale a dénoncé cet acte, en raison des risques de « contamination » qu’il pourrait engendrer. Les surveillants de la maison centrale avaient déjà dû gérer un cluster en avril dernier. La veille, la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP) avait mis à jour les consignes de gestion de crise sanitaire face à la reprise épidémique.

Pas de poursuite à l’encontre de l’avocate

Si les rapports sexuels sont dans la plupart des cas interdits en détention, le parquet de La Rochelle a indiqué qu’il n’engagerait toutefois pas de poursuite à l’encontre de l’avocate, les faits ne relevant pas du pénal.

Une enquête en vue d’une procédure disciplinaire a toutefois été ouverte du côté du barreau, tandis que le détenu devrait également passer devant une commission de discipline.