Zoo de Beauval : Comment vont se dérouler les prochaines semaines des deux bébés pandas de Huan Huan ?

ANIMAUX Maintenant qu’ils sont nés, sains et saufs, la vie des jumeaux (ou jumelles) pandas va être bien encadrée

Marie De Fournas
— 
Zoo de Beauval: Huan Huan, la femelle panda, a donné naissance à des jumeaux — 20 Minutes
  • Deux bébés pandas sont nés au zoo de Beauval, dans la nuit de dimanche. La naissance de pandas jumeaux étant exceptionnelle et particulièrement rare en milieu naturel, ils font l’objet d’une attention toute particulière de la part des soigneurs.
  • Il faudra être patient pour connaître le nom des bébés qui ne sera choisi que dans 100 jours.
  • « 20 Minutes » fait le point sur ce qui attend ces deux bébés pandas lors des prochaines semaines.

Leur naissance était presque (au moins ?) aussi attendue que celle du prince George au Royaume-Uni en 2013. L’attention de milliers de Français est rivée ce lundi matin sur les deux bébés pandas nés au Zoo de Beauval dans la nuit de dimanche. Ils viennent ainsi agrandir la famille panda qui compte leur mère Huan Huan, leur père Yuan Zi et leur grand frère Yuan Meng, né le 4 août 2017. Mais qu’est ce qui va se passer maintenant pour les deux petits, nouvelles stars des lieux ?

Comment vont les bébés ?

« Ils vont très bien, ils sont en parfaite santé ! assure, très enthousiaste, Rodolphe Delord, directeur du ZooParc de Beauval. C’est exceptionnel que des jumeaux survivent. » En 2017, la maman Huan Huan avait également mis au monde des jumeaux, mais l’un d’eux, très faible, était mort quelques minutes après la naissance, ce qui arrive « fréquemment », selon le directeur. « L’un pèse 149 grammes et l’autre 128 grammes, pour une maman qui pèse 100 kg », ajoute le directeur précisant cependant que l’accouchement reste un moment compliqué et douloureux pour les femelles. Celui de Huan Huan a duré pas moins de sept heures.

Qui s’en occupe ?

Généralement à l’état naturel, lorsqu’une maman panda accouche de jumeaux, elle choisit le plus fort et laisse mourir le plus faible. « Elle a du mal à élever et faire téter les deux, car cela lui demande beaucoup de travail », indique Rodolphe Delord. Mais pas question que cela arrive au zoo où les bébés « vont en alternance à la couveuse et avec la maman ».

Pour assurer cette logistique et aider la maman, une vingtaine de personnes sont mobilisées autour des pandas. Des soigneurs et des vétérinaires du zoo assurent les rotations et à cette équipe s’ajoutent deux soigneurs chinois arrivés il y a une semaine. « Les bébés sont surveillés 24 heures sur 24 et ne sont pas laissés seuls une minute car ce sont des animaux extrêmement fragiles », précise le directeur du zoo de Beauval.

Comment vont s’appeler les bébés ?

Pour l’instant les bébés n’ont pas de prénom, d’ailleurs les soigneurs ne sont même pas encore sûrs de leur sexe. « Nous pensons que ce sont deux femelles, mais comme ce sont de petits embryons, c’est difficile de savoir », indique le directeur du zoo qui assure que d’ici « trois à quatre jours, le sexe sera déjà mieux formé et il sera plus facile de voir ». Pour l’instant, les équipes ont surnommé les bébés « Fleur de Coton » et « Petite Neige ».

Le zoo précise que « comme le veut la tradition chinoise », les bébés « recevront leur nom officiel, après la période délicate des 100 premiers jours ». En 2017, pour le premier bébé de Huan Huan né au zoo de Beauval, la première dame chinoise avait proposé plusieurs prénoms et c’était Brigitte Macron, désignée comme marraine du plantigrade, qui avait choisi le prénom final : « Yuan Meng », qui signifie « l’accomplissement d’un rêve ». « Je pense que cela sera encore la première dame chinoise qui sélectionnera ou fera des propositions de prénoms pour ces bébés », avance Rodolphe Delord qui précise que le parrain ou la marraine de ces derniers restent encore à désigner.

Quand pourra-t-on les voir en vrai ?

Pour l’instant, la maman doit rester seule au calme avec ses bébés. Les visiteurs peuvent tout de même les voir sur grand écran où les images sont retransmises en permanence. « Ils pourront les voir en vrai d’ici quelques semaines lorsque les vétérinaires et nos soigneurs jugeront que c’est possible », précise Rodolphe Delord. Ça tombe plutôt bien car pour l’instant, difficile de voir en ces minis bébés roses, sans poils, ressemblant plutôt à des fœtus, les futures petites boules de poils qu’ils deviendront.

« Il faut attendre une quinzaine de jours pour qu’ils ressemblent à des minis pandas », assure le directeur du zoo. Les deux bébés resteront ensuite « en permanence tous les deux avec leur maman dans l’enclos jusqu’à leurs trois ans. Ils pourront jouer ensemble », s’enthousiasme déjà Rodolphe Delord. Le directeur précise qu’ils ne seront en revanche pas avec leur grand frère, les pandas restant des animaux solitaires.

Combien de temps vont-ils rester au zoo de Beauval ?

Ces bébés, tout comme leur maman Huan Huan appartiennent à la Chine qui les prête à la France. Par conséquent, « ils repartiront en Chine lorsqu’ils seront adultes à l’âge de quatre ans au centre d’élevage et de recherche de Chengdu pour se reproduire avec d’autres pandas avec lesquels ils n’auront aucun lien génétique ». Le zoo espère en revanche prolonger le partenariat avec la Chine pour garder les parents, installés au zoo de Beauval depuis déjà dix ans.