Corrida : Après l'appel de 35 parlementaires pour son interdiction, l'observatoire des cultures taurines dénonce « des antispécistes convaincus » et la « cancel culture »

CONTROVERSE La tribune de 35 sénateurs et députés demandant l’interdiction de la corrida fait réagir le lobby taurin

A.V.
— 
Lors d'une corrida (illustration).
Lors d'une corrida (illustration). — CRISTINA QUICLER / AFP

La corrida fait décidément bien couler de l’encre. Après la plainte de la SPA, déboutée la semaine dernière, et la campagne d'affichage menée par la Fondation Brigitte Bardot, c’est au tour de parlementaires de s’attaquer à cette pratique qu’ils jugent « barbare ». Dans le JDDde ce dimanche, 35 députés et sénateurs ont publié une tribune appelant à « l’interdiction des spectacles mettant en scène la torture et la mise à mort d’animaux, sans aucune exception ».

Parmi les signataires, figure deux députés des Bouches-du-Rhône, Anne-Laurence Petel (Lrem) et Mohammed Laqhila (Modem), issus de circonscriptions de l’est du département, où ne se pratiquent pas les jeux taurins.

Des parlementaires « antispécistes convaincus »

« Ils veulent interdire des cultures qu’ils ne partagent pas », critique au micro de France Bleu André Viard, président de l’observatoire des cultures taurines. Ils « se saisissent de l’occasion offerte par la campagne de Brigitte Bardot pour essayer de cultiver leur propre notoriété », poursuit-il.

Dans un communiqué, André Viard dénonce l’action de parlementaires « antispécistes convaincus » (…), « un anti-humanisme qui s’inscrit dans le mouvement woke et la cancel culture ».