Isère: Près d’un millier de personnes se réunissent pour une rave party

FÊTE Samedi soir, les gendarmes ont été alertés par un important flux de véhicules se dirigeant vers l'ancienne Zone à défendre de Roybon, occupée pendant six ans par des opposants à un projet de Center Parcs. Certains « raveurs » entendent rester plusieurs jours

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration d'une rave party
Illustration d'une rave party — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Près d’un millier de personnes au moins se sont donné rendez-vous dans la nuit de samedi à dimanche en Isère pour une rave party vers l'ancienne ZAD (zone à défendre) de Roybon, évacuée en octobre par des opposants à un projet de Center Parcs, a-t-on indiqué de sources préfectorale et judiciaire.

« Plus de 800 véhicules ont convergé vers la forêt domaniale de Chambaran au sud-ouest de Roybon où se tient depuis une rave party sauvage. L’évènement n’a pas été déclaré au préalable, comme la réglementation l’exige », ont précisé dimanche après-midi dans un communiqué conjoint la préfecture de l’Isère et le procureur de la République de Grenoble, Eric Vaillant.

Alertés par un flux de véhicules se dirigeant vers la ZAD de Roybon

Dans un premier temps, le nombre estimé de véhicules garés aux alentours du site avait été estimé à un millier par les autorités préfectorales concernant cette rave party sauvage, repérée par le quotidien régional le Dauphiné Libéré.

Samedi dès 22h, les gendarmes avaient été alertés de « flux de véhicules » se dirigeant dans la direction de l’ancienne ZAD de Roybon, évacuée en octobre après six ans d’occupation par des opposants à un projet Center Parcs sur ce site. Depuis le petit matin, les militaires sont postés aux alentours de la zone.

En outre, « les équipes du SDIS 38 (ndlr : les pompiers isérois) se sont mobilisées, lorsqu’elles ont été alertées en urgence, pour porter secours aux personnes le nécessitant », poursuit le communiqué sans autre détail.

Des participants déterminés à rester plusieurs jours ?

Selon le Dauphiné Libéré, les militaires auraient croisé quelques participants près de la fête et ces derniers leur auraient dit que certains comptaient rester « jusqu’à dimanche soir », d’autres « plusieurs jours ».

« Une enquête judiciaire est ouverte pour déterminer les responsabilités des organisateurs », ont encore indiqué la préfecture et le parquet à Grenoble, soulignant l’absence sur site par l’organisation de la rave « d’équipe de sécurité civile pour protéger les participants ».

« Des verbalisations relatives notamment à l’usage de stupéfiant mais aussi au non-respect des consignes sanitaires seront effectuées par les forces de l’ordre qui sont déployées aux abords du site occupé », ont-ils conclu.

Cette rave party sauvage dans la région s’ajoute à celle qui avait réuni dans la nuit du 24 au 25 juillet derniers en Savoie quelque 2.500 personnes dans un champ au col du Sapenay. Il n’y avait eu aucun incident. Ce week-end a également été marqué par une autre rave-party non déclarée, à Château-Guibert (Vendée) cette fois-ci. Elle a réuni au plus fort de la nuit 600 participants environ.