Vacances entre amis : Quelles activités proposer en fonction du pote relou de la bande ?

TOUS LES CRIS, LES SOS (5/5) Organiser des vacances avec ses potes peut être une magnifique aventure humaine… mais aussi un avant-goût de l’enfer

Marie De Fournas
— 
On a toujours un pote relou dans notre bande d'amis qu'on ne peut pas éviter au moment des vacances.
On a toujours un pote relou dans notre bande d'amis qu'on ne peut pas éviter au moment des vacances. — RobinHiggins / Pixabay
  • Potes radins ou trop dépensiers, gaffeurs, feignasses… Les « amis relous » existent, et parviennent chaque année à trouver du monde pour partir en vacances avec eux.
  • Tous les ans, et cette année peut-être encore plus, après trois confinements anti-Covid, vous partez en congés avec des amis ? « 20 Minutes » a décidé de vous venir en aide. Tout simplement parce que la rédaction estime que vous avez pris assez cher en 2020 et 2021. Il est bien temps de profiter un peu !
  • Voici donc le mode d’emploi pour partir en vacances entre potes sans vous suicider ou suicider vos proches (car un accident est vite arrivé, on le sait).

Quand on part avec une bande d’amis en vacances, il y en a toujours un. C’est ce vieux copain qu’on ne peut décemment pas exclure du groupe, même si nos chemins ont pris des directions radicalement opposées. C’est Géraldine, la nouvelle copine un peu rigide de votre ami Nathan, que vous n’avez pas réussi à esquiver malgré nos précieux conseils sur comment choisir les amis avec qui partir. C’est ce pote trop drôle quand vous le voyez pour un verre après le boulot, mais dont vous découvrez le vrai visage après 24 heures passées à ses côtés. Bref c’est le pote relou du groupe.

Il faut pourtant composer avec pour sauver cette semaine de vacances pour laquelle vous avez trimé toute l’année. 20 Minutes a donc fait appel à des spécialistes des vacances et de l’amusement pour vous proposer une sélection d’activités à faire ou éviter en fonction des six types de potes relous en vacances.

Le radin

Il préfère se définir comme « économe », mais dans le groupe, tout le monde s’accorde sur le fait que Jean-François est un gros rat. Et comme la question du budget peut être un réel point de conflit pendant les vacances au sein d’un groupe, mieux vaut anticiper les activités que vous allez choisir. Si vous êtes en vacances sur la côte Atlantique, quoi de mieux qu’une partie de pêche à pied ? « Le rythme des marées permet généralement de vous occuper "à la montante" pour environ trois heures de bonheur gratuit, souligne Pascale Barker, cofondatrice de l’agence de voyages Funbreizh. Les bigorneaux, les palourdes ou les coques sont faciles à pêcher même pour les néophytes. Mention spéciale pour la pêche aux couteaux qui nécessite de mettre un peu de gros sel dans des trous en forme de serrure pour faire croire au couteau que la mer est là et qu’il peut remonter ! »

Pour le soir, l’équipe du magasin de jeux de société l’Archi Chouette à Lyon suggère une partie de Time Bomb, « un grand classique du jeu de bluff à seulement 14 euros ». Et comme on peut y jouer à huit, si on divise, ça fait moins de 2 euros par personne. On évitera en revanche Marvel Champion, un jeu de cartes coopératif où les héros de comics s’allient pour repousser leurs adversaires. « Une bonne équipe se monte au prix de multiples extensions [et donc d’argent], forcément indispensables pour varier les plaisirs. »

Le susceptible

Pour certains, le second degré restera à jamais une température. On évitera donc les activités impliquant une compétition, surtout si vous avez un pote chambreur qui gagne à tous les coups. La vraie difficulté sera de trouver un jeu qui ne blesse pas l’ego de monsieur 1er degré. L’Archi Chouette suggère Totem, « le jeu parfait pour les personnes qui ne supportent pas la critique puisqu’il faudra trouver des qualités à vos amis et les illustrer à travers des anecdotes que vous partagez ». On évitera en revanche Bad people, où les participants votent pour le joueur qui incarne le plus la description sur la carte tirée. « Celui qui aurait le moins de personnes à son enterrement » ou encore « celui qui pousserait les autres pour s’échapper en premier d’un incendie » font partie des suggestions.

L’addict au smartphone

Depuis qu’il a rencontré Jonathan, Alexandre se sent l’âme d’un poète. Résultat : impossible de décoller Jean-Michel Baudelaire de son portable sur lequel il passe sa journée à envoyer des envolées lyriques, ponctuées de smileys cœur. Vous préférez encore votre copine-influenceuse Marlène qui filme absolument TOUT et alimente ses story Instagram quasiment en direct live. Au moins ça fait des souvenirs… La stratégie va donc être de choisir une activité qui occupe les deux mains d’Alexandre. Avec le char à voile vous êtes sûr de votre coup. « Entre les drisses à tenir, le vent à surveiller, la vitesse à garder, le portable est au fond du sac sur la plage et il aura beau sonner, personne ne pourra le décrocher », lance Pascale Barker.

Privilégiez ensuite un jeu qui nécessitera justement l’utilisation du portable. Il ne pourra ainsi plus servir de moyen de communication à Alexandre. L’Archi Chouette nous recommande un de ses coups de cœur : Kosmopolit. « Les joueurs incarnent une brigade de cuisine chargée de servir des plats des quatre coins du monde dans leur langue de conception. Ils devront donc prendre les commandes des clients grâce à une application qui leur fera entendre toutes ces belles langues exotiques, puis les transmettre de la meilleure manière possible à leurs partenaires. »

Le lève-tard, toujours en retard

Il y a ces amis qui se lèvent tôt, même en vacances. Vous arrivez dans la cuisine, les cils encore collés et Quentin est là, l’œil vif, une poignée de graines dans la main et le teint frais car après son footing, il s’est fait une petite séance de méditation. Mais Quentin n’est pas un problème. Il est juste bizarre. Le relou, c’est Thomas, qui n’est jamais levé avant 14 heures et qui retarde tout le groupe. Celui qui demande s’il a le temps de « juste prendre une mini-douche » alors que tout le monde est déjà dans la voiture. On évitera donc les plannings chronométrés et on optera pour une visite en gyropode. « Electrique et non polluant, c’est un moyen de transport ludique qui offre une autre manière de découvrir un territoire, suggère l’agence de voyages Funbreizh. Certaines balades peuvent être ponctuées de dégustations gourmandes et le moment de découverte ne dépasse pas 1h30. »

Pour les jeux, on choisira plutôt ceux proposant des parties courtes que l’on peut faire en attendant Thomas et qu’il pourra rejoindre en cours de route. Les spécialistes lyonnais du jeu de société préconisent Longueur d’onde pour « ses parties qui s’arrêtent quand on veut et où l’on peut sortir et entrer du jeu à n’importe quel moment ».

Le flemmard

Pour Didier Arino, directeur de Protourisme, il y a ceux « qui ne partent qu’une seule fois dans l’année et pour qui les vacances coûtent trop cher pour ne rien faire. » Et il y a ceux « qui sont débordés toute l’année, qui ont les moyens de faire plein d’activités, mais qui vont choisir de se poser ». Dans cette deuxième catégorie, on trouve (souvent prélassé dans un transat pendant que les autres font la vaisselle) les gros flemmards. Niveau activité, cela va être compliqué de les tirer hors de la location de vacances. « Ils vont se poser dans une grande maison, faire un tour de bateau, manger des huîtres et boire du rosé à la maison », résume Didier Arino. L’idéal sera donc de proposer des activités pas trop fatigantes.

L’Archi Chouette nous conseille King’s gold, le jeu où il faut devenir le roi des pirates, parfait pour ceux qui ont la flemme d’apprendre de nouvelles règles. « Elles tiennent sur un post-it. On lance les dés à tour de rôle et on peut répéter l’étape jusqu’à trois fois. En fonction du résultat, on vole de l’or au trésor central ou aux autres joueurs, voire tout l’or du roi des pirates ». Exit en revanche le jeu Très futé, car « sous ses airs de petite boîte au matériel simple (cinq dés et une feuille) se cache un jeu aux choix cornéliens pour marquer des points selon plusieurs méthodes très différentes. Casse-tête garanti et Doliprane non inclus ».

Celui qui se plaint tout le temps

Il dit souvent que « ça aurait été mieux si », trouve toujours les choses « trop » ou « pas assez », utilise la négative dans toutes ses phrases et compare le séjour avec celui («incroyable ») qu’il a passé avec ses « autres amis ». Vous êtes en vacances, pas en mission humanitaire, donc ne vous fatiguez pas à essayer de transformer ce pote relou en une petite boule de positivité. Contentez-vous de faire en sorte qu’il se taise. Pascale Barker propose pour cela de faire un vol en montgolfière. « La sensation est tellement incroyable et le spectacle tellement magique au-dessus d’un château par exemple comme Chenonceau, que l’ami le plus plaintif de la terre restera sans voix. »

S’il continue de geindre malgré tout, soyez radical. Optez pour The mind. « Dans ce jeu coopératif, il est interdit de parler, souligne l’équipe de l’Archi Chouette. Pas de risque de plainte, c’est interdit et de toute façon nous sommes tous dans le même bateau. » On évitera en revanche Galérapagos, une sorte de Koh-Lanta en jeu. « Les joueurs se sont échoués sur une plage et doivent coopérer pour s’en sortir. Enfin tous ou certains d’entre eux du moins. Dans ce jeu, les trahisons sont légion. Idéal pour se disputer entre amis avec des arguments pas forcément constructifs », ajoute l’équipe du magasin.

L’équipe de 20 Minutes vous rappelle que ces astuces restent des pansements qui sauveront les meubles le temps d’une semaine, mais qu’ils ne peuvent se substituer à une bonne discussion pour mettre à plat les différends au sein d’un groupe.