Coronavirus à Brest : Un restaurateur est-il prêt à ne pas contrôler le pass sanitaire de ses clients ?

VACCINATION Une vidéo largement partagée depuis quelques jours sur les réseaux sociaux laisse à penser qu’un restaurant installé à Brest ne souhaitera pas contrôler les pass sanitaires à partir du 9 août

J.Lau.
— 
Photo d'illustration d'un pass sanitaire sur un smart phone.
Photo d'illustration d'un pass sanitaire sur un smart phone. — FRED SCHEIBER/SIPA

Le restaurant Le Coup de Fourchette ne s’attendait pas à un tel déferlement. Depuis la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo tournée le 24 juillet lors d’une manifestation anti-pass sanitaire et anti-vaccin devant son établissement, il croule sous les messages. Sur l’extrait, commenté des milliers de fois sur le web, on voit le restaurateur Michel Le Menn être applaudi après avoir accepté d’afficher un autocollant « zone libre, tous bienvenus avec ou sans pass sanitaire ».

Une prise de position lourde de sens au vu de l’actualité. « Ça n’arrête pas depuis dimanche, c’est du harcèlement, entre les gens qui sont pour, ceux qui sont contre », résume Michel Le Menn sur le site de France Bleu. Félicité ou insulté à longueur de journée depuis cet épisode, l’intéressé est conscient que la loi a été votée et qu’il devra contrôler le pass sanitaire de tous ses clients à partir du 9 août, au risque de voir son restaurant fermé par la préfecture. Il compte donc se plier à cette loi, tout en ayant de grandes réserves à son sujet.

« Ce n’est pas notre métier de faire les gendarmes »

« Comment va-t-on faire ? Ce n’est pas notre métier de faire les gendarmes, on n’est pas assermentés. Les clients seront obligés de faire des tests, les salariés et moi aussi car je n’aurai ma deuxième dose que le 30 août. C’est un nouveau coup de massue. Ce n’est pas de la colère, nous sommes désespérés », soupire le restaurateur. Son fils, second de cuisine, plaide la thèse de la vidéo « mal interprétée ».

Tout l’établissement se pose désormais une question : « On parle du restaurant, mais est-ce un bon ou un mauvais coup de pub ? ». Michel Le Menn, qui hésite à fermer les lieux samedi pour la prochaine manifestation anti-pass sanitaire, sera vite fixé.