Flics de l'Histoire : Sur les traces du Gallois de Fougières, le premier gendarme mort au combat… en 1415

AU NOM DE LA LOI (1/4) Ce prévôt des maréchaux, les ancêtres des gendarmes, a été tué lors de la bataille d’Azincourt. Sa tombe a été découverte cinq siècles plus tard

Thibaut Chevillard
— 
Un stèle rendant hommage au Gallois de Fougières a été inaugurée le 20 avril 2016
Un stèle rendant hommage au Gallois de Fougières a été inaugurée le 20 avril 2016 — Association Genz d'armes 1415
  • Cet été, 20 Minutes raconte l’histoire des grandes figures de la police et de la gendarmerie.
  • Le premier volet de notre série est consacré à Gallois de Fougières, le premier gendarme tué au combat, en 1415, lors de la bataille d’Azincourt.
  • La tombe du prévôt des maréchaux a été retrouvée en 1936, par un officier de gendarmerie à la retraite passionné d’Histoire.

C’est un drôle de cadavre que cherchent les gendarmes. La victime, un homme d’une soixantaine d’années, a été tuée il y a plus de cinq siècles. Ce 12 septembre 1936, l’équipe du capitaine Georges Benoît-Guyod s’affaire à creuser le sol de l’abbatiale d’Auchy-lès-Hesdin, dans l’actuel département du Pas-de-Calais. Depuis deux ans, cet officier de gendarmerie à la retraite, passionné d'Histoire, recherche inlassablement la tombe du premier gendarme mort au combat, en 1415, lors de la bataille d’Azincourt : Gallois de Fougières.

Il a découvert les indices qui lui manquaient pour arriver à son but en déchiffrant des documents vieux de 521 ans, provenant de la bibliothèque des ducs de Brabant, à Bruxelles, rassemblés au XVIIe siècle par la famille Chifflet. Et rapidement, les fouilles entreprises par le comité d’exhumation permettent de découvrir, à 1m50 de profondeur, les corps de quatre chevaliers.

« Normalement, il ne devait pas combattre »

Le prévôt des maréchaux, Gallois de Fougières, repose aux côtés du petit Hollandes, un adolescent tué d’un coup de hache le 25 octobre 1415. Ce jour-là, dans une clairière détrempée par la pluie, entre les bois d’Azincourt et de Tramecourt, l’armée du roi anglais Henri V, pourtant inférieure en nombre, a mis en déroute la fine fleur de la chevalerie française. Sur le champ de bataille, gisent les corps d’un millier de Français, décimés par les flèches des archers britanniques ou massacrés après avoir été faits prisonniers.

La commission d'exhumation devant l'église-abbatiale d'Auchy-lès-Hesdin
La commission d'exhumation devant l'église-abbatiale d'Auchy-lès-Hesdin - Association Projet Gallois de Fougières

C’est une défaite cinglante que la perfide Albion a infligée au Royaume de France, avec lequel elle est en guerre depuis soixante-dix-huit ans. Le corps de Gallois de Fougières, qui a combattu en première ligne, est retrouvé à côté de ceux de ses compagnons d’armes : le connétable Charles d’Albret, Jacques de Châtillon, les ducs de Brabant, d’Alençon et de Bar.

« Normalement, il ne devait pas combattre », nous explique Christophe Gilliot, ancien directeur du centre Azincourt 1415 et directeur du pôle culture-patrimoine-tourisme de la communauté de communes des 7 vallées. En tant que prévôt des maréchaux, l’Auvergnat d’une soixantaine d’années, issu de la petite noblesse, a pour mission « d’empêcher les débordements, de s’assurer que les soldats soient bien payés et qu’ils ne s’en prennent pas à la population civile », précise ce passionné d’Histoire médiévale.

Progressivement, les compétences de la maréchaussée seront étendues à la quasi-totalité de la population et du territoire français. Mais ce n’est qu’en 1791 qu’elle prendra le nom de gendarmerie nationale. Gallois de Fougières en est donc probablement l’un de ses plus vieux ancêtres. « Il est l’incarnation de la bravoure et de la dévotion, estime Christophe Gilliot. Il symbolise le don de soi. Non seulement il protégeait les populations civiles, mais il a donné sa vie pour son roi, pour son royaume ».

Environ 1.000 combattants français tués

C’est par l’intermédiaire du duc de Bourgogne, Jean sans peur, dont il est proche, que Gallois de Fougières a rencontré le maréchal de France, Jehan le Meingre, dit Boucicaut. Ce dernier est chargé de représenter le roi sur les champs de bataille. « Il est le pendant du connétable qui, lui, est chargé du recrutement des armées. Il a le droit d’avoir un ou plusieurs prévôts qui sont ses représentants », explique le médiéviste. Après avoir combattu à ses côtés en Italie, Gallois de Fougières suivra une nouvelle fois Boucicaut en août 1415, lorsque les troupes d’Henry V, qui ​​revendique le titre de roi de France, débarquent en Normandie. Frappés par la dysenterie, les Anglais décident de rejoindre Calais, qui leur appartient. Mais l’armée française, forte de 12.000 à 15.000 hommes, entend lui barrer la route près du village d’Azincourt.

Elle sera, on l’a dit, taillée en pièces. Si le nombre de morts français a été très largement exagéré par William Shakespeare, il n’en demeure pas moins qu’environ 1.000 combattants français ont été tués, contre 400 côté anglais, selon les dernières estimations des historiens. La noblesse française est meurtrie. Les corps de Gallois de Fougières et de 12 autres chevaliers sont amenés à Auchy-lès-Hesdin pour être inhumés dans l’église abbatiale. Ils y resteront plus de cinq siècles.

Caché sous un escalier

En 1936, afin de rendre hommage à celui qu’elle considère comme le premier gendarme tué au combat, la gendarmerie décide d’exhumer son corps et de le transférer sous l’hypogée à la gloire de l’institution, à Versailles, dans les Yvelines. Mais rien ne se passe comme prévu. La construction de ce monument est d’abord retardée en raison de sombres problèmes administratifs. Puis vient la Seconde Guerre mondiale. Les ossements du chevalier, placés dans une boîte en bois, « passent la guerre cachée sous un escalier, dans le village d’Auchy, chez un menuisier », raconte Christophe Gilliot.

Gallois de Fougières repose désormais sous le monument national de la gendarmerie à Versailles
Gallois de Fougières repose désormais sous le monument national de la gendarmerie à Versailles - Anne-Sophie Chevillard

Le transfert est finalement réalisé en grande pompe le 22 septembre 1945. Depuis, Gallois de Fougières a donné son nom, en 2002, à une promotion de l’École des officiers de la gendarmerie nationale, ainsi qu’à une caserne dans le Pas-de-Calais. En 2016, deux jeunes gendarmes ont décidé de lui rendre hommage à travers leur association, « Projet Gallois de Fougières ». L’un d’eux a même incarné le prévôt lors de la reconstitution de la bataille d’Azincourt, organisée 600 ans après la défaite. L’une des dernières de la guerre de 100 ans.