Coronavirus : Non, un camp d’isolement forcé n’a pas ouvert dans les Landes

FAKE OFF Les allégations de l'ex-journaliste Richard Boutry sont fausses 

Alexis Orsini
— 
Une affiche sur les gestes barrières, à Cannes (Alpes-Maritimes). (illustration)
Une affiche sur les gestes barrières, à Cannes (Alpes-Maritimes). (illustration) — SYSPEO/SIPA
  • L’internement forcé de jeunes malades du Covid-19 aurait commencé dans un centre d’isolement situé dans les Landes, à en croire l’ex-journaliste Richard Boutry.
  • Dans une vidéo très reprise sur les réseaux sociaux, cette figure de proue du mouvement d’opposition aux mesures sanitaires du gouvernement prétend visiter les locaux de ce « camp Covid ».
  • Il se trouve en fait dans un lycée agricole des Landes, qui accueille provisoirement les personnes positives au Covid-19 souhaitant y être hébergées car elles ne disposent pas de solution, comme le confirment les différents organismes responsables de cette initiative temporaire, amenée à s’achever fin août.

Le premier pas vers la fameuse « dictature sanitaire » redoutée de longue date par les opposants aux mesures du gouvernement contre le Covid-19 vient-il d’être franchi, dans la foulée de l'adoption par le Parlement du projet de loi sur le pass sanitaire ?

Cela ne fait aucun doute, selon de nombreux internautes, comme cet utilisateur de Twitter qui s’insurge : « ALERTE sur les CAMPS d’enfermement des jeunes sous prétexte de COVID enlevés de leurs domiciles ! La dictature CHINOISE en FRANCE nous y sommes ! C’est la Croix Rouge qui vient chercher les gens par ordre de la PRÉFECTURE pour les emmener aux camps ! »

En guise de preuve, il s’appuie sur une vidéo de Richard Boutry, ex-journaliste et figure bien connue du mouvement d’opposition aux mesures sanitaires, lors de sa visite dans ce prétendu camp. On l’y voit poser plusieurs questions à une femme présente dans l’établissement, qui lui explique notamment : « Si la personne arrive, est cas contact et est positive au Covid-19 au bout d’une semaine, elle en prend [elle est confinée] pour 10 jours de plus. Mais après, on les force pas non plus ».

Ce qui amène Richard Boutry à rebondir d’un air inquiet : « "Elle en prend pour 10 jours de plus", c’est un terme de prison… ». Et, quelques secondes plus tard, d’ajouter : « C’est la Croix-Rouge qui, sur les ordres de la préfecture, orchestre l’ensemble, va chercher les jeunes chez eux et les amène ici. Wahou… C’est quand même curieux cette affaire, je vous cache pas que je suis quand même estomaqué… »

FAKE OFF

L’établissement visité par Richard Boutry n’est autre que le lycée agricole Hector Serres, situé à Dax Oeyreluy, dans les Landes, comme on peut le voir à 2’43 dans la version complète de sa vidéo.

Des personnes positives ou cas contact au Covid-19 y sont bien accueillies « depuis le 18 juillet », comme le confirme la Direction départementale de l’emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations (DDETSPP) des Landes à 20 Minutes, mais uniquement de leur plein gré.

Un espace d’accueil pour les travailleurs saisonniers volontaires

« Il s’agit d’une solution logistique pour les personnes dans l’obligation de s’isoler en raison de test positif au Covid-19 ou de symptômes avérés, et qui ne disposent pas de solution privée ou familiale d’isolement, c’est-à-dire essentiellement pour les travailleurs saisonniers ou animateurs en camping, pas d’une stratégie d’internement déployée par l’Etat », poursuit la DDETSPP, tout en précisant que ces locaux s’adressent « exclusivement à des personnes majeures et sur la base du volontariat. »

« [Ce] centre […] fait partie des dispositifs mis à la disposition par l’Assurance maladie aux personnes testées positives ou cas contact Covid-19, qui doivent s’isoler et qui ne disposent pas d’hébergement. Des centaines de dispositifs comme celui-ci ont été ou sont déployés partout sur le territoire depuis le début de la crise par les Cellules territoriales d’appui à l’isolement dans le cadre de la stratégie "tester, alerter, protéger" » explique pour sa part la Croix-Rouge à 20 Minutes.

« Certaines personnes ont déjà quitté le centre avant la fin de leur période d’isolement, elles ne sont pas contraintes de rester », conclut la DDETSPP, non sans regretter « l’intrusion [de Richard Boutry] dans l’établissement alors qu’il aurait obtenu un accord de visite s’il avait été demandé. »

« Tous les volontaires ont quitté le centre »

En pratique, la Croix-Rouge apporte un « soutien technique » à cette initiative, comme le note la préfecture des Landes dans un communiqué. « La Croix-Rouge française a assuré l’hébergement, le portage des repas, la blanchisserie et la conciergerie des animateurs de colonies de vacances testés positifs ou cas contact Covid-19, tous majeurs, [accueillis le week-end du 18 juillet et qui] ont aujourd’hui tous quitté le centre », nous précise l’association d’aide humanitaire.

Enfin, le centre de vacances actuellement ouvert dans une autre partie de l’établissement reste isolé de l’espace dédié à l’isolement Covid, comme le souligne la préfecture, tout en indiquant que ce dernier cessera de fonctionner le 20 août, à la fin des « besoins saisonniers ». A l’instar de l’initiative d’accueil de cas positifs ou contact au Covid-19 récemment mise en place dans une auberge de jeunesse, à Bordeaux, qui avait elle aussi suscité l’inquiétude de certains internautes.