Pass sanitaire : Près de 161.000 manifestants recensés ce samedi, en hausse par rapport à la semaine dernière

CORONAVIRUS Le ministère de l'Intérieur a comptablisé 168 actions contre la mesure, rassemblant plus de manifestants que la semaine dernière. A Paris, quelque 11.000 personnes ont participé aux trois rassemblements déclarés

20 Minutes avec AFP
— 
Coronavirus: Près de 161.000 manifestants contre le pass sanitaire dans toute la France — 20 Minutes

Après une première mobilisation nationale le 17 juillet, 168 manifestations ont eu lieu ce samedi dans toute la France contre l’extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour certaines professions, a annoncé le ministère de l’Intérieur. Quelque 161.000 personnes y ont participé, dont 11.000 à Paris, a précisé la place Beauvau. Ce chiffre est en hausse alors que 114.000 manifestants avaient été comptablisés samedi dernier par les autorités.

A Paris, trois manifestations ont été déclarées, à midi depuis la place de la Bastille jusqu’à la porte de Champerret, ainsi qu’entre la place Malraux et les Invalides, et à 14h30 au Trocadéro. « Venez tous ! Liberté ! », a tweeté mercredi l’ex numéro deux du FN et président des Patriotes Florian Philippot, à l’initiative de ce dernier rassemblement.

Des incidents ont éclaté en fin d’après-midi dans le secteur de l’avenue des Champs-Elysées entre 200 manifestants et les forces de l’ordre. Ces dernières ont fait usage de gaz lacrymogènes et interpellé 9 personnes, a annoncé sur Twitter Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur. « Je condamne, a-t-il ajouté, avec la plus grande fermeté les comportements violents qui ont visé certains policiers, gendarmes et journalistes. »

Forte mobilisation dans le Sud-Est

Quelque 4.000 personnes ont manifesté dans les rues de Strasbourg. Sur le pourtour méditerrannéen, la mobiilisation a été importante, avec des manifestations à Marseille (environ 4.300 personnes selon la police), Nice (6.000 manifestants de même source) et Montpellier (5.000 personnes d’après la préfecture).

Au moins une dizaine de rassemblements étaient prévus en Auvergne-Rhône-Alpes, y compris à Lyon où la mobilisation a démarré à 15h depuis la place Bellecour (2e arrondissement). Au final, moins de 2.000 personnes, divisées en deux cortèges, ont défilé. Les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectiles à proximité de la Place Bellecour où la manifestation avait été interdite. Cinq personnes ont été interpellées, a indiqué la Préfecture. Les autorités ont également relevé 500 personnes à Saint-Etienne et 600 à Roanne (Loire). A Annecy, la manifestation déclarée se double d’un rassemblement public d’échanges et de débats à l’appel des organisateurs des premières manifestations, dès mars, « pour la liberté », et sans masques. Selon la préfecture, ils étaient 3.500 dans les rues de la ville.

Et à Chambéry, où des manifestants s’étaient introduits mercredi dans la mairie pour décrocher le portrait d’Emmanuel Macron, le cortège de samedi est à nouveau non déclaré, regrette la préfecture de Savoie.

Des manifestations ont également eu lieu, entre autres dans le Nord, à Lille (2.000), Dunkerque (environ 400), Amiens (700). Dans l’Ouest, 4.000 personnes ont défilé à Nantes où des incidents ont eu lieu, alors qu’au moins une personne a été interpellée. Ils étaient 2.700 à Vannes, 2.200 à Rennes et 2.000 à Rouen. Plus au sud, 2.000 personnes ont défilé à Toulouse et Perpignan, et environ 1.000 à Foix (Ariège).

Plus de 110.000 personnes dans la rue la semaine dernière

Regroupée autour des mots-dièses #manif24juillet, #PassDeLaHonte ou #liberté sur les réseaux sociaux, l’opposition aux mesures gouvernementales pour lutter contre le Covid-19 fédère des manifestants anti-masques, anti-vaccins ou anti-confinement aux revendications protéiformes. Samedi dernier, plus de 110.000 personnes avaient manifesté dans toute la France contre la vaccination, la « dictature » ou le pass sanitaire, dont 18.000 à Paris réparties en plusieurs cortèges et 96.000 dans le reste du pays, selon le ministère de l’Intérieur.

Pendant la semaine, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés devant l’Assemblée nationale et le Sénat, suivant le parcours parlementaire du projet de loi anti-Covid, dont l’adoption est attendue à la fin du week-end. Ces manifestations interviennent alors qu’une très large majorité de français (76 %) approuve la décision du Président Emmanuel Macron de rendre obligatoire la vaccination pour les personnels soignants et d’autres professions, avec sanctions à la clef, selon un sondage Elabe pour BFMTV le 13 juillet. L’extension du pass sanitaire (vaccination complète ou test négatif récent) recueille aussi une majorité d’approbations, mais qui varie suivant les lieux concernés.