Coronavirus : Ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

EPIDEMIE Le Premier ministre a fortement revu à la hausse les objectifs de vaccination, avançant que 96 % des 18.000 personnes contaminées par le Covid-19 recensées mardi n’étaient pas vaccinées

J.Bt avec AFP
— 
Coronavirus: «Pas de pass sanitaire dans les établissements scolaires», précise Castex — 20 Minutes

Le message avait le mérite d’être clair : « Dans la 4e vague, on y est », a affirmé Jean Castex ce mercredi, au « 13 Heures » de TF1. Le Premier ministre, qui sortait du conseil de défense, a précisé que le nombre de contaminations au Covid-19 avait bondi de 140 % en une semaine. Dans ce contexte, il a revu à la hausse les objectifs de vaccination face à la propagation du variant Delta, visant 50 millions de primo-injections d’ici à fin août, grâce notamment à l’ouverture de 5 millions de rendez-vous « dans les quinze jours ».

Quelles autres annonces a faites le Premier ministre ? 20 Minutes fait le point.

Vaccination à marche forcée

Selon le Premier ministre, 96 % des 18.000 personnes contaminées par le Covid-19 recensées mardi n’étaient pas vaccinées, poussant ainsi l’exécutif à mettre un nouveau coup de collier sur la campagne vaccinale. Engagé dans un délicat contre-la-montre, le chef du gouvernement a ainsi annoncé l’ouverture de 5 millions de nouveaux créneaux de vaccination dans les deux prochaines semaines avec, à l’horizon, une cible de huit millions de primo-vaccinés supplémentaires dans cet intervalle.

En avance sur le tableau de marche fixé en juin, à savoir le but de 40 millions de personnes ayant reçu au moins une dose fin août, Jean Castex a relevé la barre à 50 millions à la même échéance. « C’est un objectif très ambitieux, mais qui montre aussi que nous aurons compris la gravité de la situation », a-t-il plaidé.

Alors qu’environ 16 % des plus de 60 ans ne sont pas vaccinés, « et que le variant Delta est beaucoup plus transmissible », pour l’hôpital, la vague peut être de même ampleur que les précédentes", a assuré ce mercredi dans Libération Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP.

Pas de vérification de l’identité des clients des établissements recevant du public

Alors que le projet de loi étendant le pass sanitaire aux cafés, restaurants et transports est actuellement à l’examen à l’Assemblée nationale, Jean Castex a apporté des précisions sur son utilisation et les contrôles. Les responsables d’établissements recevant du public – comme les cinémas et musées depuis mercredi, puis les cafés et restaurants à partir de début août – devront bien contrôler les pass sanitaires à l’entrée, mais ne seront pas chargés de la « vérification de l’identité » des personnes qui les présentent. Et une tolérance d'« une semaine » sera accordée pour faire de la « pédagogie » après l’entrée en vigueur du pass sanitaire étendu, « le temps des sanctions » venant seulement après.

« Nous sommes satisfaits de ne pas avoir à faire les contrôles » d’identité, a réagi Didier Chenet, le président du syndicat des indépendants de l’hôtellerie-restauration (GNI). Tout en disant « ne pas comprendre pourquoi les terrasses, qui sont en extérieur, sont soumises au pass sanitaire ».

Pas de pass sanitaires dans les collèges et lycées à la rentrée

Il n’y aura « pas de pass sanitaire dans les établissements scolaires », a rappelé le Premier ministre, même si l’exécutif entend aussi accélérer la campagne vaccinale pour les 12-17 ans. A ce titre, le Premier ministre a souligné que des « dispositifs d’aller vers » seront déployés dans les collèges et lycées à la rentrée pour y faire de la « vaccination à l’intérieur ».

Discothèques sous « vigilance forte »

Dans ce contexte de reprise épidémique, les discothèques, qui viennent de rouvrir pour un tiers d’entre elles, sont « sous vigilance forte » en particulier dans les « départements où le taux d’incidence explose ».

Aucune tolérance face aux actes de violence et d’intimidation

Le Premier ministre a également envoyé un message de fermeté envers ceux qui « en viennent à des actes de violence » en protestant contre la vaccination. « Nous serons intraitables », a-t-il promis, en ciblant ceux qui « font allusion à l’étoile jaune ou à la Shoah, s’en prennent à des permanences parlementaires, mettent le feu à des centres de vaccination ».