Pass sanitaire : Des consignes vaccinales envoyées à des employés de Burger King ? C’est vrai !

FAKE OFF Si Burger King France dément être à l’origine de telles directives, plusieurs restaurants franchisés ont bien incité leurs collaborateurs à se faire vacciné au plus vite

Tom Hollmann
— 
Un restaurant Burger King.
Un restaurant Burger King. — Thomas SAMSON / AFP
  • Un document attribué à la chaîne de restauration rapide Burger King est devenu viral sur les réseaux sociaux et a déclenché un appel au boycott, alors que le gouvernement a annoncé l’extension du pass sanitaire dans les restaurants à partir du mois d’août.
  • Cette « note de service » incite les salariés à se faire vacciner avant le 31 août prochain, sous peine d’être suspendus.
  • Si Burger King France dément être à l’origine de ces consignes, celles-ci ont pourtant bien été données par plusieurs restaurants franchisés. 20 Minutes fait le point.

La publication sur les réseaux sociaux, dimanche 18 juillet, d’une « note de service » de Burger King relative à l'application des nouvelles règles du pass sanitaire annoncées par  Emmanuel Macron a créé des remous et fait émerger, dès le lendemain, un hashtag appelant au boycott de la chaîne de fast-food.

Cette note de service a déclenché un appel au boycott de Burger King sur les réseaux sociaux
Cette note de service a déclenché un appel au boycott de Burger King sur les réseaux sociaux - Tom Hollmann

Ce document, émaillé de fautes d’orthographe, indique que « tous les salariés doivent disposer d’un pass sanitaire pour pouvoir travailler » à compter du 31 août prochain – conformément aux règles prochainement en vigueur dans les bars et restaurants pour endiguer l’épidémie de Covid-19 – et que « la seule solution pour obtenir le pass sanitaire est, évidemment, la vaccination ». Une erreur, car l’obtention d’un certificat de rétablissement de moins de six mois et de plus de deux semaines et un test PCR ou antigénique de moins de 48h constituent également un pass sanitaire et permettent de continuer à travailler.

Dès début septembre, poursuit le document, les salariés ne disposant pas d’un pass sanitaire verront leur contrat de travail et leur rémunération suspendus. Une disposition effectivement prévue par le projet de loi en cours d'examen à l'Assemblée nationale.

FAKE OFF

Sur son compte Facebook, Burger King Antilles a rapidement démenti « toute implication dans [la] réalisation ou [la] diffusion » de cette note de service. « Une plainte sera déposée afin de connaître l’origine de cette publication et de déterminer si elle a été réalisée dans le but de nuire à l’entreprise ainsi qu’à l’ensemble de ses salariés », indique encore le communiqué de presse.

L’entité Antillaise, qui gère les enseignes guadeloupéennes et martiniquaises, n’est cependant pas rattachée à Burger King France, responsable des restaurants métropolitains et filiale du groupe Bertrand. Sollicité par 20 Minutes, Burger King France a indiqué « qu’aucune des notes » publiées sur les réseaux sociaux n’étaient issues de ses services.

« Les dispositions légales s’appliquent à tous les restaurants Burger King, donc seul le pass sanitaire sera demandé et contrôlé, conformément au projet de loi », précise l’entreprise de restauration. « Nous n’obligeons personne à être vacciné, en revanche, pour aider les salariés qui souhaitent être vaccinés, nous avons communiqué aux restaurants les moyens d’être solidaires pour encourager la vaccination : en communiquant sur les moyens de prendre rendez-vous, en proposant une assistance à la prise de rendez-vous, en rappelant que le temps de vaccination pouvait être pris sur le temps de travail ; il est alors payé. »

Des consignes de vaccination à l’attention des salariés relayées de manière maladroite par plusieurs restaurants franchisés, comme l’ont rapporté nos confrères de Libération. La « note de service n° 20 » dont nous vous parlions plus haut, objet de la polémique, en fait partie. Cette dernière est une « fuite assumée » de l’union syndicale Solidaires, comme l’a rapporté à « Checknews » le co-délégué de la Fédération Sud commerces et services, Laurent Degousée. « La loi, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, doit être promulguée avant d’être appliquée […]. Ils ne peuvent pas demander une copie du certificat de vaccination par mail, c’est illégal », s’est-il indigné.

Des consignes similaires, émises par courriel ou affichées au sein de restaurants de la région parisienne, du Grand-Est et des Hauts de France, ont pu être consultées par Libération.

Burger King France renvoie la responsabilité des ces notes aux établissements affiliés à l’enseigne : « Dans un restaurant franchisé, l’employeur est le franchisé. Nous ne leur donnons jamais de consigne, nous ne l’avons pas fait pour le pass sanitaire. » Ces directives peuvent donc avoir été prises indépendamment de la volonté du groupe.