Var : Le parquet de Toulon ouvre une enquête après la diffusion d’une affiche comparant Macron à Hitler

DANS LES MAINS DE LA JUSTICE Le parquet de Toulon (Var) a ouvert une enquête pour injure publique à l’encontre de Michel-Ange Flori, publicitaire varois, pour avoir affiché Emmanuel Macron sous les traits d’Adolf Hitler

Adrien Max
— 
Le panneau publicitaire de Michel-Ange Flori.
Le panneau publicitaire de Michel-Ange Flori. — Michel-Ange Flori
  • Le parquet de Toulon a ouvert une enquête pour injure publique à l’encontre de Michel-Ange Flori.
  • Ce publicitaire varois s’est servi de l’un de ses 350 panneaux publicitaires pour comparer Emmanuel Macron à Adolf Hitler.

Il n’en est plus à son coup d’essai. Le parquet de Toulon a ouvert une enquête préliminaire à l’encontre de Michel-Ange Flori, un afficheur publicitaire du Var, pour injure publique. « J’ai saisi la sûreté départementale du commissariat de Toulon dans le cadre d’une enquête préliminaire », a indiqué à l’AFP le procureur​ de Toulon Bernard Marchal précisant que la qualification retenue pourrait évoluer.

L’ouverture de cette procédure, révélée par France Bleu Provence, fait suite à l’affichage sur un panneau publicitaire une caricature d’Emmanuel Macron en Adolf Hitler. Sur un format 4x3, on y voit le président sous les traits de l’ancien dictateur nazi avec cette inscription : « Obéis, fais-toi vacciner », accompagnée du sigle LREM apparenté à une croix gammée.

« Je ne peux pas être dans le soft »

Ce n’est pas la première fois que Michel-Ange Flori se sert de ses panneaux publicitaires pour « communiquer sur [s] es humeurs et l’actualité ». « J’utilise deux de mes 350 panneaux d’affichages, un à l’entrée de Toulon et un en direction de la Seyne-sur-Mer, que je change tous les 15 jours. Celui-ci fait référence aux dérives des mesures annoncées par l’exécutif, puis démenties le lendemain, puis aménagées le surlendemain. J’ai l’impression qu’on rêve avec toutes ces mesures ostentatoires aux libertés dont ils se servent comme des enfants dans une boîte à outils », explique-t-il à 20 Minutes.

Installé le week-end dernier, le panneau a depuis été tagué du mot « honte ». « Je ne fais que de comparer les éléments de langage, avec un parallèle sur l’holocauste. Je me sers de ce qu’il s’est passé dans l’Histoire. C’est une métaphore, tout comme l’œuvre de Charlie Chaplin Le Dictateur qui pour mieux dénoncer la bête immonde, Hitler, en avait pris les traits. Je suis un provocateur, je ne suis pas un agité, je pointe du doigt des dérives et je ne peux pas être dans le soft », se défend-il.

L’afficheur publicitaire a déjà été poursuivi en justice par BFMTV pour avoir affiché « La police vous parle tous les jours sur BFM TV », il a été condamné en référé mais le jugement sur le fond n’a pas eu lieu. « Ils n’ont quand même pas hésité à diffuser mon panneau sur leur chaîne », souligne-t-il. Quant à la crainte d’une nouvelle condamnation ? « Pas du tout, je vais à la plage et je bois des mojitos. Et je réfléchis toujours à ce que je fais, je suis un artisan défenseur de la liberté d’expression », tranche-t-il. Michel-Ange Flori risque jusqu’à un an de prison et 45.000 euros d’amende en cas de condamnation pour diffamation.