Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : Avec les vacances, flambée de Covid-19 sur la côte Atlantique

EPIDEMIE Une hausse brutale des indicateurs est observée depuis le début des vacances d’été, dans les secteurs les plus touristiques de la région

Elsa Provenzano
— 
La plage du Moulleau à Arcachon. 
 
La plage du Moulleau à Arcachon.   — S.Ortola / 20 minutes
  • Victimes de leur attractivité touristique, les quatre départements côtiers de Nouvelle-Aquitaine – Pyrénées-Atlantiques, Landes, Gironde et Charente-Maritime – voient leurs taux d’incidence augmenter.
  • La catégorie des 15-45 ans est la plus représentée dans cette vague de contamination.
  • Les autorités sanitaires appellent à se faire vacciner pour améliorer la couverture vaccinale et préserver le système hospitalier.

Si lors des précédentes vagues de l’épidémie de Covid 19, la Nouvelle-Aquitaine était l’une des régions les moins touchées, l’attractivité touristique qu’elle partage avec l’Occitanie et PACA la place en première ligne pour les débuts de cette quatrième vague. En Charente-Maritime, où le port du masque a été rendu obligatoire en extérieur dans plusieurs secteurs, le taux d’incidence est de 170 cas pour 100.000 habitants, en Gironde de 133, dans les Landes de 123 et enfin de 112 dans les Pyrénées-Atlantiques.

« Le taux d’incidence est calculé sur les résidents donc il ne tient pas compte des touristes qui viennent se faire tester, pointe Laurent Filleul, épidémiologiste et responsable de la cellule régionale de Santé publique France en Nouvelle-Aquitaine, on sous-estime donc la réalité. » Si l’augmentation de cet indicateur n’est pas une surprise, l’épidémiologiste précise que les autorités sanitaires ne s’attendaient pas à une hausse si « brutale ». « Pour le moment, on n’enregistre pas de suractivité hospitalière mais il faut rester vigilant. Il y a encore des personnes fragiles, âgées ou porteuses de maladies chroniques qui ne sont pas vaccinées », fait valoir Laurent Filleul.

« Les 15-45 ans » dans le viseur

Pour cet épidémiologiste, le déconfinement, le brassage de populations pendant les vacances et la progression du variant delta participent à expliquer cette situation. « Les gens sont en vacances, font la fête et se protègent moins, ce qui favorise la diffusion du virus, explique-t-il. Les 15-45 ans contribuent largement à la hausse du taux d’incidence dans ces départements. » Pendant l’été 2020 aussi, on avait assisté une recrudescence de clusters liés à des soirées festives mais cette fois-ci le variant delta est plus contagieux. « Et, un virus très contagieux a une probabilité plus importante de rencontrer des personnes fragiles », ajoute-t-il. Néanmoins, en se basant sur l’expérience anglaise, on sait que l’apparition de ce variant delta n’a pas augmenté le nombre de formes graves et d’hospitalisations en soins critiques.

La Nouvelle-Aquitaine affiche une des meilleures couvertures vaccinales du pays avec 61 % de personnes ayant reçu une dose et 48,5 % doublement vaccinées. Cependant l’immunité collective, se situant au-delà de 70 %, n’est pas encore atteinte. Les autorités sanitaires appellent à respecter plus scrupuleusement les gestes barrières et prévoient des campagnes de vaccination, en ciblant notamment les plus fragiles.