Coronavirus en Martinique : Les restrictions sanitaires génèrent des violences et des pillages

FORT-DE-FRANCE Alors qu’un couvre-feu entre chaque soir en vigueur à 21 heures, des affrontements ont opposé dimanche soir les forces de l’ordre et des groupes de jeunes

20 Minutes avec AFP

— 

La police (illustration).
La police (illustration). — SOPA Images/SIPA

Les restrictions mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus continuent de cristalliser une très vive opposition en Martinique. La ville de Fort-de-France a connu dimanche soir des violences et des pillages, après un rassemblement organisé samedi par des antivax qui avait déjà dégénéré, a-t-on appris de sources policières.

Le préfet de région Stanislas Cazelles a condamné ces violences en indiquant que « des enquêtes seront diligentées pour arrêter les présumés casseurs et sanctionner ces comportements inadmissibles ».

Sept arrestations samedi soir

Dans cette île, où s’applique de nouveau un couvre-feu​ à 21 heures en raison de l’aggravation de la situation sanitaire, des affrontements ont opposé dimanche soir les forces de l’ordre et des groupes de jeunes sur la voie principale des Terresainvilles, quartier populaire de Fort-de-France. Une maison en bois et trois véhicules ont été ravagés par le feu, sans faire de victimes. Des pillages ont également eu lieu dans des enseignes de matériel informatique et dans un magasin de motos, dans des zones commerciales aux alentours de la ville. Les forces de l’ordre avaient arrêté sept personnes samedi soir lors de la précédente manifestation au centre de Fort-de-France.

Serge Letchimy, le nouveau président du conseil exécutif de l’Assemblée de Martinique, a appelé « à l’apaisement et au dialogue », rappelant dans un communiqué que « la question de la vaccination est un enjeu collectif et individuel dans ce contexte de grave crise sanitaire que nous traversons. Les prises de positions pour des raisons personnelles et éthiques sont légitimes. Elles doivent être entendues et respectées dans leur diversité ».