Marseille : « Il n’y a pas d’école dangereuse », assure la mairie

EDUCATION La nouvelle majorité, aux manettes de Marseille depuis un an, a tenté de défendre son bilan en matière de rénovation des écoles, axe phare de son programme

M.Cei.
— 
Illustration de travaux dans une école de Marseille
Illustration de travaux dans une école de Marseille — Mathilde Ceilles / 20 Minutes

« Il n’y a pas d’école dangereuse à Marseille, assure Pierre-Marie Ganozzi. J’ai posé la question aux marins- pompiers​, et ils m’ont dit que non, qu’il n’y avait que des choses à améliorer. » La phrase claque dans la petite cour de récréation de cette école du centre-ville de Marseille, théâtre d’une conférence de presse un peu particulière. Un an après son élection, l’adjoint au maire en charge du Plan écoles et du bâti scolaire a tenté de mettre fin aux polémiques de longue date sur l’état de délabrement des écoles marseillaises, par ailleurs principal axe de campagne de la gauche lors des dernières municipales.

Selon l’adjoint au maire, depuis le mois de janvier, une réunion tous les deux mois est organisée entre les services de la prévention des risques, du bâti et les marins pompiers pour « faire le point école par école ». A l’issue de ces réunions, les marins-pompiers ont fourni une liste de huit écoles présentant d’importants risques. « On avait par exemple des alarmes incendie pas suffisamment audibles, détaille Pierre-Marie Ganozzi. On avait aussi des portes coupe-feu qui ne coupaient plus le feu. Mais il n’y avait pas des travaux qui demandaient 500.000 euros… »

En attendant Emmanuel Macron

En un an, selon Pierre-Marie Ganozzi, la moitié des avis de sécurité négatifs ont été levés. « Il nous reste encore une cinquantaine à traiter, affirme l’adjoint au maire. Beaucoup d’avis négatifs sont émis parce qu’il nous manque les documents pour justifier la réalisation de certains travaux. » Cet été, selon nos informations, près de 200 écoles marseillaises devraient connaître des travaux, pour un montant total de 3,5 millions d’euros environ.

Le tout avant des éventuelles annonces du président de la République. Depuis plusieurs mois, le maire de Marseille et ses adjoints laissent en effet entrevoir un coup de pouce de l’Etat à la ville de Marseille pour la rénovation de ses écoles. « Sur ce sujet je suis raisonnablement confiant, pour ne pas dire plus », lance Pierre-Marie Ganozzi. Une visite est notamment attendue pour la rentrée scolaire.