Vaccination dans le Var : Les autorités vont chercher les volontaires jusque dans les campings

REPORTAGE Dans le Var, où le variant delta progresse, l’agence régionale de santé a organisé une opération de vaccination contre le Covid-19 dans un camping de Bormes-les-Mimosas à destination des touristes

Mathilde Ceilles
— 
Des touristes attendent de se faire vacciner dans un centre éphémère dans un camping de Bormes-les-Mimosas dans le Var, le 13 juillet 2021.
Des touristes attendent de se faire vacciner dans un centre éphémère dans un camping de Bormes-les-Mimosas dans le Var, le 13 juillet 2021. — M. Ceilles / 20 Minutes
  • Un centre de vaccination éphémère a été installé ce mardi… dans un camping du Var, à Bormes-les-Mimosas.
  • Les autorités espèrent ainsi inciter les touristes à se faire vacciner.
  • Au lendemain de la prise de parole d’Emmanuel Macron, le centre de vaccination a rapidement été victime de son succès.

De notre envoyée spéciale à Bormes-les-Mimosas

Alors que l’heure de l’apéro sonne, Bruno s’approche de la salle vidéo du Camp du Domaine, des boules de pétanque à la main et ses claquettes aux pieds. « C’est ici pour se faire vacciner ? », s’enquiert ce touriste originaire des Pays de la Loire. Ce mardi, à la demande de l’agence régionale de santé et de la préfecture du Var, ce camping cinq étoiles de Bormes-les-Mimosas, l’un des plus gros du département, s’est transformé, le temps de la pause déjeuner, en un étonnant centre de vaccination, à destination de ses 3.000 vacanciers venus se prélasser sur la Côte d’Azur.

Un centre de vaccination éphémère a été installé dans l'un des plus grands campings du Var, à Bormes-les-Mimosas
Un centre de vaccination éphémère a été installé dans l'un des plus grands campings du Var, à Bormes-les-Mimosas - Mathilde Ceilles / 20 Minutes

« Notre stratégie est simple, c’est celle “d’aller vers”, détaille Houda Vernhet, directrice de cabinet du préfet du Var. Nous lançons cette opération dans ce camping, comme nous allons lancer des opérations similaires dans les centres commerciaux par exemple. » Après avoir longtemps martelé que les deux doses devaient être administrées dans un même centre de vaccination, le ministre de la Santé a en effet récemment assoupli sa position en la matière. Une aubaine dans le Var, où la saison estivale s’annonce à haut risque.

Un taux d’incidence fort

« Le taux d’incidence dans le département connaît une accélération extrêmement rapide, s’alarme Houda Vernhet. Près de 90 % des tests criblés récemment sont positifs au variant delta. Et le taux d’incidence est passé de 10 % à 40 % en quelques jours. Or, le Var est la première destination touristique française avec des millions de personnes attendues ces prochains jours. Cela suppose des risques sanitaires puisqu’un lieu comme ce camping est propice au rassemblement. »

Et l’opération semble rencontrer un certain succès : face à la demande, au bout d’une heure à peine, le directeur délégué du Var de l’agence régionale de santé se voit obligé de demander une livraison de doses supplémentaires au centre de vaccination voisin de Londe-les-Maures. « Nous ne savions pas si le public serait au rendez-vous, confesse Henri Carbuccia. Mais nous allons renouveler l’opération chaque semaine, et nous sommes en contact avec d’autres campings pour faire de même. »

« Depuis que Monsieur Macron a parlé… »

« Nous avons bien informé nos vacanciers de cette opération, que ce soit lors de nos animations ou lors de notre traditionnel pot d’accueil, détaille Marc Defour, le directeur du camping. Mais la meilleure publicité a été faite je crois par le président de la République… » Dans la petite queue qui s’est formée devant le centre de vaccination, force est de constater que la déclaration de la veille d’Emmanuel Macron a fait l’effet d’un déclencheur, non parfois sans une certaine amertume. « J’étais pas trop pour, souffle Malika, salariée du camping, en relevant la manche de son tee-shirt pour recevoir la première dose. Mais bon, depuis que Monsieur Macron a parlé, on a compris qu’on n’était un peu obligé de le faire… »

« J’ai aucun papier sur moi, j’espère que ça va le faire, s’inquiète Romain. Je suis obligé en raison de mes contraintes professionnelles de faire des longs trajets. Si j’attends mon retour le 20 pour faire ma première dose, je vais devoir rester chez moi ! »

« Je suis venu me faire vacciner juste pour pouvoir aller en boîte, confesse Arnaud, jeune Parisien de 19 ans, un bracelet bleu du camping autour du poignet. Avant, j’avais eu juste la flemme… Et puis j’avais pas trop envie aussi. » « Je trouve que c’est une bonne opportunité, ce centre » , applaudit sa maman Sylvie. Pour autant, cette dernière ne cache pas sa réticence à se faire vacciner. « Je le ferai en rentrant puisqu’il le faut, souffle-t-elle. Là, c’est les vacances, et le Covid, tout ça, j’ai pas envie… »