Anti-avortement, une mère publie les photos d’un fœtus de 14 semaines sur Facebook ? L'histoire est vraie

FAKE OFF La publication Facebook, particulièrement virale ces derniers temps, remonte à 2018

Julie Bossart
— 
Des manifestants pro et anti-avortement à une Marche pour la vie en janvier 2004 à Washington.
Des manifestants pro et anti-avortement à une Marche pour la vie en janvier 2004 à Washington. — Pajic
  • Sur Facebook, des photos particulièrement insoutenables sont présentées comme celles d'une mère ayant perdu son fils à naître à 14 semaines de grossesse.
  • Elle les aurait elle-même publiées pour défendre son opposition à l'avortement. 
  • Cette histoire est vraie, comme nous avons pu le vérifier.

C’est une histoire qui déchaîne les passions entre pro et anti-avortement et qui refait régulièrement surface sur les réseaux sociaux. De façon particulièrement virale. La publication commence généralement par ces mots : « Une maman a fait une fausse couche d’un bébé de 14 semaines, [elle] a pris en photo le bébé pour montrer aux femmes qui avortent que, même un bébé de 14 semaines à toute sa forme. »

Les photos qui l’accompagnent sont particulièrement difficiles à regarder, et nous avons choisi de ne pas les reproduire dans notre article. La première montre en effet un fœtus de quelques centimètres allongé sur un mouchoir aux contours brodés. A ses pieds, une petite carte sur laquelle est écrit « It’s a boy » (« C’est un garçon »). On peut aussi y lire toutes les précisions généralement liées à l’arrivée d’un nouveau-né : la date et l’heure de sa naissance, son nom, sa taille, son poids, l’identité de la maman, celle du médecin accoucheur… Sur la seconde photo apparaît un minuscule pied entre deux doigts d’adulte.

Des images si choquantes que certains se demandent s’il ne s’agit pas d’un trucage. Ce qui n’est pas le cas.

FAKE OFF

Ces photos, il est possible de les retrouver sur le compte Facebook de Sharran Sutherland, le nom de la mère inscrit sur la petite carte de naissance. Il s’agit d’une Américaine résidant à Marshfield, dans le Missouri, aux Etats-Unis, qui se présente ainsi : « Adepte de Jésus-Christ, épouse d’un homme sexy, mère de 11 enfants. »

Un seul événement marquant sur le compte de cette femme, celui intitulé « En mémoire de Miran J Sutherland », publié en 2018. Toutes les photos publiées comportent un avertissement tant leur contenu est sensible. Il l’est.

Dans un long message rédigé en anglais et assorti du hashtag #AntiAvortement, Sharran Sutherland explique qu’elle a perdu le bébé qu’elle est son mari attendaient à un peu plus de treize semaines de grossesse, le 23 avril 2018. S’ensuivent les différentes étapes qui leur ont fait prendre conscience que « ce n’était pas seulement un fœtus », mais « un être humain dont le cycle de vie s’est terminé trop tôt ». D’où sa volonté de « partager les photos de [leur] beau petit garçon avec tout le monde parce que tous les jours des gens tuent leur bébé aussi petit que lui parce […] qu’ils croient que ce n’est pas un bébé qu’ils avortent, mais juste des tissus et des cellules, etc. »

Militante pro-life

Militante pro-life, Sharran Sutherland souhaite que son histoire permette de « faire prendre conscience de ce à quoi ressemble la vie à 13-14 semaines de gestation ». Elle se propose aussi d’écouter et d’accompagner toute autre personne ayant traversé la même épreuve, et conclut son message par « Jésus peut vous aider ».

A la fin de l’année 2018, Sharran Sutherland a témoigné auprès de la presse britannique, soulignant à nouveau son opposition ferme à l’avortement. « Ce monde a fait un excellent travail pour déshumaniser les bébés à naître », explique-t-elle à l’agence Kennedy News and Media.