Bordeaux : Un feu d’artifice plus écolo pour le 14 juillet, sans plomb ni retombées de plastique

OH LA BELLE VERTE Au revoir plomb et aluminium ou plastique retombant en confettis. Pour le 14 juillet, Bordeaux a commandé un feu d’artifice « plus vertueux »

20 Minutes avec AFP
— 
Un feu d'artifice du 14 juillet à Bordeaux. Illustration.
Un feu d'artifice du 14 juillet à Bordeaux. Illustration. — Nicolas Pastor - Sipa

A l’heure où de nombreuses villes de France annulent une nouvelle fois leur feu d’artifice du 14 juillet pour raisons sanitaires, la mairie écologiste de Bordeaux persiste et signe avec l’annonce d’un spectacle pyrotechnique d’un nouveau genre, en phase avec les préoccupations environnementales.

« C’était évident qu’il fallait le maintenir, on a tous envie de se retrouver autour d’un moment festif après toutes les restrictions qu’on a connues, a expliqué ce vendredi Charlee Da Tos, la conseillère municipale déléguée aux festivités. Mais l’idée était d’aller plus loin en termes d’écoresponsabilité, de proposer quelque chose de plus vertueux ».

« Un laboratoire d’essai »

Pour tirer depuis une barge flottant sur la Garonne ce feu d’artifice plus écolo et « moins cher », rebaptisé d’ailleurs « Feux de joie », la cité girondine a fait appel au spécialiste français du genre, la société Ruggieri​. « C’était un challenge », reconnaît David Proteau, le directeur artistique de la maison historique de pyrotechnie, qui va tester pour la première fois ce nouveau concept. « Bordeaux, ce n’est pas loin d’être un laboratoire d’essai, on verra si d’autres villes partagent la même sensibilité », ajoute-t-il en ménageant le suspense.

Concrètement, l’entreprise a accepté de supprimer le plastique et le papier d’aluminium et de n’utiliser à Bordeaux que du carton pour les contenants et emballages des feux qui, forcément, vont retomber dans la Garonne. Ruggieri a aussi banni le plomb et le chlorate, leur préférant une nouvelle recette à base de « molécules plus propres ».