Coronavirus à Nîmes : Dépistage massif à l’école de police après une suspicion de variant Delta

EPIDEMIE Les 1.400 élèves et personnels de l’établissement sont testés, depuis mardi

N.B.
— 
A l'école de police de Nîmes (Archives)
A l'école de police de Nîmes (Archives) — LODI Franck/SIPA

A Nîmes (Gard), les élèves de l’école de police sont soumis à un dépistage massif du Covid-19, tandis qu’une suspicion de cas de variant Delta a été identifiée dans ses rangs. Mardi, la préfecture indiquait une « possible contamination d’un élève (…) par le variant Delta » et « cinq autres élèves dépistés positifs ». On ne sait pas si ces cinq autres cas relèvent, aussi, d’une suspicion de variant Delta. L’Agence régionale de santé (ARS) n’a, pour l’instant, pas répondu à nos sollicitations.

Mardi, en fin de journée, sur les 1.400 élèves et personnels, 569 personnes avaient été testées et aucun autre cas ne s’est révélé positif. Les dépistages se poursuivent.

Un « séjour festif »

Par ailleurs, « afin de contenir au mieux et au plus tôt cette situation à risque », les élèves contaminés et les cas contacts ont été isolés, et « des opérations de vaccination en direction des élèves et des personnels non encore vaccinés seront proposées à toutes les personnes volontaires dépistées négatives », indique la préfecture.

La contamination aurait eu lieu « à l’occasion d’un séjour festif », notent les services de l’Etat. « L’ARS Occitanie appelle la population à la plus grande vigilance lors de ce type d’évènement, en continuant à respecter les gestes barrières. »