Coronavirus : Les tests de dépistage payants pour les étrangers à partir de ce mercredi

TEST C’est une mesure de réciprocité alors que la plupart du temps les Français et Françaises doivent payer leurs tests à l’étranger

20 Minutes avec AFP
— 
Un test PCR nasopharyngé, ici à Nice. (illustration)
Un test PCR nasopharyngé, ici à Nice. (illustration) — SYSPEO/SIPA

C’est ce mercredi 7 juillet que les tests de détection du Covid-19 deviennent payants pour les touristes étrangers venant en France. Ils seront facturés « à hauteur de 49 euros pour les PCR et 29 euros pour les antigéniques », a expliqué Gabriel Attal, au moment de l’annonce de cette mesure. Le porte-parole du gouvernement avait parlé d’une « question de réciprocité sachant que ces tests sont payants dans la plupart des pays pour les Français qui voyagent » pour justifier cette décision.

Les étrangers comme les nationaux sont soumis au pass sanitaire. Celui-ci est valable si on a un schéma vaccinal complet (c’est-à-dire à partir de quelques semaines après la dernière dose de vaccin nécessaire) ou grâce à un test PCR ou antigénique négatif de moins de soixante-douze heures (pour passer une frontière) ou de quarante-huit heures (pour assister à un évènement soumis au pass). Fonctionne aussi une preuve de rétablissement du Covid-19 via un test cette fois positif datant d’au moins quinze jours et de maximum six mois.

Plus largement, après le déremboursement des tests de dépistage pour les étrangers, la question du déremboursement des tests PCR dits « de confort » pour les Français et les Françaises « va évidemment se poser pour la rentrée », a expliqué Gabriel Attal. La France est l’un des rares pays européens où les tests sont tout le temps entièrement gratuits pour les patients et patientes. Ce déremboursement est censé favoriser la vaccination, qui patine ses dernières semaines en France.