Coronavirus : Ceux qui attendent pour se faire vacciner « commettent une erreur », pense Alain Fischer

PIQURE Le « Monsieur vaccin » du gouvernement affirme que tout va se jouer dans les quinze prochains jours pour éviter une quatrième vague du coronavirus à la rentrée

20 Minutes avec AFP
— 
Alain Fischer est le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. (archives)
Alain Fischer est le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. (archives) — Eric TSCHAEN-POOL/SIPA

Ceux qui attendent « commettent une erreur », met en garde Alain Fischer, le « Monsieur Vaccin » du gouvernement, alors que la campagne vaccinale anti-Covid s’essouffle. Interrogé au sujet de ces personnes de 18 à 45 ans qui préfèrent attendre, le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale insiste dans Le Journal du Dimanche : « En se vaccinant aujourd’hui, on est protégé pour la rentrée. »

« Tout se joue dans les quinze jours à venir » pour éviter, selon lui, « une quatrième vague liée à la fois au variant Delta, à la reprise des contacts, à la rentrée scolaire, au climat plus favorable au virus ». Alain Fischer s’adresse aussi à ceux qui se pensent protégés après une première injection : « Cela ne suffit pas. C’est démontré à l’égard du variant Delta. Une seule injection protège à 50 ou 60 %. Avec deux doses, c’est 90 % ». Pour le responsable, « la bataille sera plus difficile pour les 18-40 ans : les projections estiment qu’ils seront vaccinés à 60-70 % au final (45 % aujourd’hui). Les taux projetés sont insuffisants pour contrôler le virus et atteindre une immunité de groupe ».

Fischer favorable à l’obligation vaccinale chez les soignants et soignantes

Et de prévenir : « Il restera des infections, des hospitalisations, des entrées en réanimation et des décès. Avec potentiellement des conséquences en matière de restrictions : fermetures d’établissements scolaires, reconfinement… » Le « Monsieur Vaccin » se dit enfin favorable à la vaccination obligatoire pour les soignants et les personnels en Ehpad. « Pour ces professionnels, on a atteint ce point de dernier recours. Moins de 60 % de couverture dans les Ehpad, 64 % dans les hôpitaux, cela reste clairement insuffisant ».

Pour tenter de relancer la campagne vaccinale dans la population, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé vendredi un assouplissement du cadre. A partir de lundi, les candidats à la vaccination pourront prendre rendez-vous pour deux injections dans deux lieux différents, y compris sur leur lieu de vacances.