Rave party de Redon : La préfecture « dément formellement » avoir interdit l’accès aux pompiers

TEUF Plusieurs témoignages recueillis par le site Mediapart affirmaient que les secours avaient été bloqués

C.A.
— 
Affrontements entre forces de l'ordre et fêtards lors de la dispersion d'une rave party illégale à Redon (Ille-et-Vilaine) dans la nuit du 18 au 19 juin 2021.
Affrontements entre forces de l'ordre et fêtards lors de la dispersion d'une rave party illégale à Redon (Ille-et-Vilaine) dans la nuit du 18 au 19 juin 2021. — /AP/SIPA
  • La préfecture d’Ille-et-Vilaine se défend après les accusations de Mediapart l’accusant d’avoir bloqué l’accès à la rave de Redon aux pompiers.
  • Plusieurs personnes avaient été blessées lors d’affrontements entre les gendarmes et les fêtards.
  • Un homme de 22 ans a perdu sa main dans des circonstances qui demeurent floues.

La réaction est venue d’un communiqué jeudi dans la soirée. Accusée d’avoir interdit l’accès au site de la rave party de Redon aux pompiers, la préfecture d’Ille-et-Vilaine s’est exprimée jeudi soir et « dément formellement les allégations de Mediapart ».

Mercredi soir, le site d’information avait publié un long article nourri de plusieurs témoignages étayant cette thèse. Lors de la nuit d’affrontements du 18 au 19 juin entre fêtards et gendarmes, plusieurs personnes avaient été blessées. Un homme avait notamment perdu sa main mais n’avait pas été pris en charge par les secours. C’est une participante qui l’avait emmené à l’hôpital par ses propres moyens.

Des moyens supplémentaires engagés au cours de la nuit

Dans son communiqué, la préfecture d’Ille-et-Vilaine assure avoir déclenché le dispositif de secours « dans les meilleurs délais, de façon adaptée et progressive, dans la nuit du 18 au 19 juin » précisant que les pompiers et associations agréées de Sécurité civile (Croix Rouge et ADPC) ont été activés par la préfecture à 1h04 le samedi matin. Les premiers secours seraient arrivés sur place peu avant 2 heures : un chef de groupe, un infirmier et une ambulance ainsi qu’un engin pompe. Environ 1.500 personnes se trouvaient alors à ce rassemblement interdit par la préfecture​.

« Des moyens supplémentaires ont été engagés à plusieurs reprises au cours de la nuit pour prendre en charge des victimes, dont certaines s’étaient entre-temps rendues à l’hôpital par leurs propres moyens ».

Vingt blessés au poste médical avancé

Selon les données de la préfecture, 20 blessés ont été pris en charge au poste médical avancé, dont sept ont nécessité une hospitalisation. Plusieurs gendarmes ont également été blessés lors des affrontements.

La gestion de la rave party de Redon a été critiquée par plusieurs associations et par les organisateurs du rassemblement. Ces derniers regrettent notamment la destruction d’une partie de leur matériel qu’ils estiment « illégale ». Une action en justice va être intentée. Trois enquêtes sont toujours en cours pour faire la lumière sur cette soirée.