Nice : « Le soleil se paie »... Les jeunes en grandes difficultés pour trouver un logement

IMMOBILIER Selon une étude LocService.fr, avec un budget moyen de 621 euros, Nice reste la ville universitaire de province la plus chère pour louer un studio

Elise Martin
— 
La Côte d'Azur est particulièrement chère pour les jeunes qui veulent se loger (Illustration)
La Côte d'Azur est particulièrement chère pour les jeunes qui veulent se loger (Illustration) — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • Les étudiants ont du mal à trouver un logement à cause de la grande demande sur le territoire.
  • Les personnes qui viennent de l’étranger ou les jeunes en CDI ont aussi beaucoup de difficultés pour trouver de quoi se loger.
  • La responsable des locations de l’agence GTI du réseau Orpi a indiqué recevoir 90 mails par jour pour des demandes de locations étudiantes.

« Mon bail se termine mercredi, le 30 juin, et je ne peux pas rester jusqu’à vendredi pour déménager ce week-end, parce que mon propriétaire loue directement l’appartement en Airbnb », témoigne Mel, en licence sciences de la vie à Nice. Les vacances n’ont pas encore débuté et pourtant, les étudiants azuréens n’ont pas le choix que de partir de leur logement pour laisser la place aux touristes.

Depuis trois ans, ce sont les mêmes difficultés pour le Varois d’origine. « Même en cherchant à partir de mai pour un bail de neuf mois, c’est compliqué. Le logement, c’est clairement le point faible de la ville. Toute ma bourse part dans le loyer ».

Peu de logements étudiants pour la demande

Entre les locations saisonnières qui deviennent la priorité de l’été et les prix dépassant tous les budgets, les jeunes ont du mal à trouver un endroit convenable pour vivre. Gladys a commencé ses recherches en janvier. « Sur les sites Internet, il y a énormément d’arnaques et par les agences, c’est tout de suite 200 euros de plus que prévu. » Laurène, elle, est obligée de se déplacer depuis Paris pour « se positionner pour un appartement tant les biens sont prisés ».

D’après une étude de LocService.fr, Nice reste la ville universitaire, de province, la plus chère pour louer un studio avec un budget moyen de 621 euros. Karine Pruvot, responsable des locations à l’agence GTI du réseau Orpi confirme. « On est quasiment aussi cher que Paris donc c’est sûr que pour les études, la ville est difficilement abordable. Il faut compter facilement 500-550 euros pour avoir un 19 m2. Comme il y a peu d’offres, certains parents paient le prix fort et décident de le prendre dès le mois de juillet et pour un an, pour pouvoir le garder. » Elle ajoute : « On manque d’appartements pour étudiants alors que la demande est là, depuis les résultats Parcoursup, je reçois 90 mails par jour. Mais il y a trop de biens Airbnb ».

Chaque été, Sara doit laisser son appart vide en août

Pour elle, une autre catégorie de personnes est affectée par cette problématique : les étudiants étrangers. « Les assurances des garanties loyers impayés exigent des garants français car les banques n’ont pas d’accord entre elles », précise-t-elle. C’est ce à quoi Rebecca, dont les parents sont en Suisse, a dû faire face il y a quelques semaines. Elle développe : « Je suis en stage donc je continue d’avoir besoin d’un logement durant l’été. Le problème c’est que toutes les locations sont réservées pour les vacanciers et je ne peux pas payer le prix d’un mois de loyer pour une semaine. Si je veux un bail longue durée, il faut des justificatifs, soit avec des garants français soit avec un CDI en étant capable de payer trois fois le loyer. Ce qui est impossible dans mon cas. »

Au final, elle a passé un accord avec un propriétaire, sans vraiment de contrat « après des semaines de recherches ». Et les étudiants ne sont pas les seuls touchés par le marché de l’immobilier niçois. C’est aussi le cas de Sara, 24 ans et en CDI mais qui, chaque année depuis deux ans, doit trouver une solution pour le mois d’août pour laisser son appartement vide à la demande de son propriétaire. Ou encore Célia, 26 ans et également en CDI, qui a décidé de se mettre en colocation pour « avoir un plus grand espace » et « payer moins cher que 700 euros pour un studio bien placé ». L’agente immobilière conclut : « La Côte d’Azur se paie, le soleil se paie ».