Saint-Brieuc : « Grande inquiétude » après l’action des pêcheurs contre le chantier éolien

MANIFESTATION Une enquête a été ouverte en raison « de nombreuses infractions » commises par les manifestants

C.A.
— 
Jeudi, des bateaux de pêche ont encerclé l'Aethra, navire chargé du chantier de construction du parc éolien au large de Saint-Brieuc.
Jeudi, des bateaux de pêche ont encerclé l'Aethra, navire chargé du chantier de construction du parc éolien au large de Saint-Brieuc. — Préfecture maritime de l'Atlantique

Leurs petits bateaux paraissent minuscules comparés à l’Aethra, mastodonte chargé de la construction du chantier éolien. Jeudi, dans la baie de Saint-Brieuc, une quarantaine de patrons pêcheurs ont encerclé l’imposant navire pour faire entendre leur opposition à ce chantier offshore qui prévoit la construction de 62 éoliennes au large des Côtes d’Armor. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie maritime, qui précise que « de nombreuses infractions ont été relevées » notamment concernant les règles de sécurité en mer.

La préfecture maritime précise que le navire a dû quitter le secteur. « Encerclé et abordé par plusieurs navires de pêche, le commandant de l’Aethra a décidé de quitter la zone de travaux afin de faire baisser le niveau de tension et de mettre son équipage et son navire en sécurité », explique la Premar dans un communiqué. Une action similaire avait été menée en mai par les pêcheurs.

L’action des pêcheurs avait démarré vers 10 heures, jeudi matin, et visait à perturber les travaux de tranchage pilotés par la société Ailes Marines. Ces opérations doivent permettre le raccordement des futures éoliennes au réseau électrique, dont la mise en service est prévue en 2023. Avec ses 62 éoliennes, le parc de la baie de Saint-Brieuc affichera une capacité totale de 496 MW, soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 835.000 habitants, selon son promoteur Ailes Marines.

« Un comportement inacceptable » dénoncé

Ce dernier constate « avec une grande inquiétude que les règles essentielles de sécurité maritime ont été largement bafouées » et dénonce « un comportement inacceptable » susceptible de « mettre en danger la vie des équipages des navires opérant sur le site ». L’opérateur va porter plainte. Une vingtaine de pêcheurs ont déjà été entendus en raison de « manœuvres dangereuses », « de tirs de fusées de détresse », de « l’accostage de l’Aethra » et de « menaces verbales d’abordage et de sabotage » à l’encontre du commandant du navire.

Un navire présent sur ce chantier avait déjà quitté la zone ce mois-ci, en raison d'une pollution en mer. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes.